Cesare Valletti 1922-2000

Cesare Valletti fut un des grands ténors lyriques italiens des années 1940-1950, considéré comme le véritable héritier de Tito Schipa, qui fut son maître. Doté d’une voix au riche médium, d’un timbre superbe et d’un legato parfait, il fut un interprète de grande classe de Mozart, Cimarosa et Rossini.

Cesare Valletti, à gauche en Don Ottavio, à droite en Nemorino

Fils d’un médecin, Il naquit à Rome le 18 décembre 1922. il étudia le chant avec le légendaire Tito Schipa et fit ses débuts à Bari en tant qu’Alfredo dans La Traviata en 1947. Il fut rapidement invité dans tous les grands théâtres d’Italie, où il s’affirma dans le répertoire mozartien et celui du bel canto italien Rossini-Donizetti-Bellini. Il était aussi très apprécié dans les ouvrages de Cimarosa et Fioravanti. Il construisit progressivement son répertoire lyrique et se produisit dans de plus petits opéras à travers l’Italie. Après ses débuts à La Scala de Milan en 1950, en Almaviva, il parut la même année au Royal Opera House de Londres. Ensuite suivirent l’Opéra de Vienne, l’Opéra Garnier, le Palacio de Bellas Artes à Mexico et le Teatro Colón à Buenos Aires, le San Francisco Opera, le Lyric Opera de Chicago et finalement le Metropolitan Opera de New-York, le 10 décembre 1953, en Don Ottavio. Il y restera jusqu’en 1960, tout en continuant de se produire en Europe.

Valletti avec Roberta Peters dans le Barbier de Séville

Il fut Fenton à La Scala en 1950. La même année, il fut invité à chanter dans Il Turco in Italia de Rossini comme partenaire de Maria Callas et Mariano Stabile. Il fut aussi de tous les festivals, Glyndebourne, Vérone, Salzbourg, Aix-en-Provence, et le Maggio Musicale Fiorentino où il chanta dans Idomeneo, La donna del lago, La gazza ladra.

La carrière de Valletti au Met dura jusqu’en 1960 (il y chanta 79 fois et 35 autres fois avec la compagnie ailleurs en deux saisons!). Lorsque le directeur général Rudolf Bing le retira de la distribution d’une nouvelle production de L’Elisir d’Amore. Valletti fut tellement offensé qu’il jura qu’il ne chanterait plus jamais au Met. Et il tint parole. Il rejeta toutes les autres offres du Met qui lui furent offertes.

Valletti avec Maria Callas
dans la Sonnambula à la Scala en 1955

Valletti a été admiré au Festival de Salzbourg où il chanta non seulement Don Ottavio, mais a également donné de beaux récitals (également en allemand et en français).

En 1955, il participa aux prestigieuses représentations de La Sonnambula à La Scala, auprès de Maria Callas, sous la direction de Leonard Bernstein. Il retrouvera Callas à Londres en 1958 pour une émouvante Traviata.

Valletti mit fin à sa carrière en pleine gloire, dans l’opéra L’incoronazione di Poppea de Monteverdi, au Festival de Caramoor, en 1968.

Après sa retraite, il fut invité par son beau-père à rejoindre l’entreprise familiale dont il devint le directeur. Valletti était marié à une petite-fille d’Ildebrando Pizzetti, compositeur italien de nombreux opéras (le plus connu étant Assassino nella Cattedrale). Il mourut subitement à Gênes le 13 mai 2000 d’une crise cardiaque alors qu’il suivait un traitement pour un cancer du foie.