Lilli Lehmann 1848-1929

L’une des plus célèbres sopranos allemandes, avec plus de 170 rôles à son répertoire, de 119 opéras allemands, italiens et français, Lilli Lehmann fut l’un des «monstres sacrés» du chant romantique. Dotée d’une polyvalence phénoménale elle conserva toute la souplesse de sa voix même lorsqu’elle eut abordé les emplois les plus lourds. Elle eut une réputation et une influence considérables comme pédagogue, domaine où elle aspirait avec intransigeance à un idéal élevé.

Elle naquit le 24 novembre 1848, à Würzburg, en Bavière. Son père, Karl-August Lehmann, était chanteur (Heldentenor) tandis que sa mère, Maria Theresia Löw (1809–1885), était une soprano qui avait été une prima donna sous Spohr à l’opéra de Cassel. Lilli (de son vrai nom Elisabeth Maria Lehmann) étudia le chant avec sa mère, et fit ses débuts sur scène à Prague, en 1865, en interprétant le Premier Garçon dans La Flûte enchantée de Mozart. En 1869, elle rejoint la Hofoper de Berlin, où elle débuta en incarnant Marguerite de Valois dans Les Huguenots de Meyerbeer et chanta des rôles de colorature, comme la Reine de la Nuit de La Flûte enchantée.

Lilli Lehmann

A plusieurs reprises, Wagner chercha parmi les chanteurs meyerbériens expérimentés les futurs interprètes de ses œuvres pour trouver la distribution idéale. Lilli Lehmann fut l’un d’entre eux dans la mesure où elle s’était notamment illustrée dans le rôle de Marguerite de Valois des Huguenots. Après avoir répété avec Wagner en personne les rôles de Woglinde, l’une des Filles du Rhin, de la Walkyrie Helmwige, et de l’Oiseau de la forêt, elle participa à la création intégrale de L’Anneau du Nibelung, donné trois fois sous la direction de Hans Richter au premier festival de Bayreuth en août 1876. Lors du festival de 1882, elle fut l’une des filles-fleurs, avant d’obtenir en 1896 le rôle écrasant de Brünnhilde. Incarnant par la suite des rôles de soprano dramatique, elle devient la plus grande Isolde de son temps. Elle brilla également comme Leonore dans le Fidelio de Beethoven. De 1885 à 1889, puis pendant la saison 1891-1892, elle chanta au Metropolitan Opera de New-York dans le rôle titre d’une Carmen en allemand. Le lendemain, le New-York Times soulignait: «The audience was quick to recognize Fräulein Lehmann’s excellences».

Dans son autobiographie, Lehmann a écrit que Mahler est entrée pour la première fois dans sa vie artistique peu de temps après être devenue directrice de l’Opéra national hongrois de Budapest. «Il m’a informé par lettre que mes mandats allaient au-delà de son budget, mais qu’il jugeait absolument nécessaire de m’engager afin de donner à ses associés un modèle artistique auquel ils devraient tendre. Un grand respect mutuel entre les deux s’est rapidement transformé en une amitié chaleureuse et durable, ce qui a conduit Mahler à l’engager pour des représentations à Vienne pendant presque toutes les saisons de 1898 à 1907. Lors d’une performance de Tristan und Isolde dirigée par Mahler au cours de la dernière année fut l’occasion de la dernière apparition de Lehmann en tant qu’Isolde. Elle était dans la loge du directeur en train de converser avec la femme et la sœur de Mahler pendant l’entr’acte suivant le deuxième acte quand on a appris qu’Anna von Mildenburg était devenue enrouée et ne pouvait plus continuer. Lehmann a proposé de chanter le dernier acte à la place de sa collègue malade, s’est précipitée dans les coulisses, et après avoir revêtu son costume et vu rapidement la mise en scène avec Mahler et Schmedes, elle sauva la fin du spectacle. 

Lilli Lehmann dans ses rôles wagnériens: Walkyrie et Isolde

Elle se produisit à Londres en 1884 et au New York Metropolitan Opera en 1885–1899. Avec ses collègues du Met Fischer, Alvary, Brandt et Seidl, elle a contribué à populariser la musique de Wagner en Amérique. En restant en Amérique au-delà du congé que lui avait accordé l’Opéra de Berlin, sa présence fut interdite à l’Opéra de Berlin après son retour en Allemagne. Après avoir rompu son contrat avec l’Opéra de Berlin, elle traversera dix-huit fois l’Atlantique au cours de sa carrière et chantera au Met le répertoire le plus étendu qui n’ait jamais existé. Dès 1891, elle y retrouva sa place grâce à l’intervention personnelle de l’empereur Guillaume II.

Sépulture de Lilli Lehmann au cimetière de Dahlem à Berlin

Elle commença à enseigner comptant notamment comme élèves,  Géraldine Farrar, la grande Germaine Lubin, Victoria Ursuleac, Olive Fremstad et Emmy Kruger.

Lehmann était également réputé comme chanteur de lieder. Elle a continué à donner des récitals jusqu’à sa retraite de la scène dans les années 1920 à l’âge de soixante-deux ans pour se consacrer aux récitals .  Elle enregistra encore quelques disques malgré le déclin de sa voix.

Décédée le 17 mai 1929, elle est inhumée à Berlin au cimetière de Dahlem.

Lilli Lehmann fut admirée pour sa présence scénique, l’extraordinaire beauté de sa voix et l’ampleur de son répertoire. Ce dernier embrasse quelques 170 rôles allant de Mozart et Bellini à Wagner et Verdi en passant par Offenbach, et plus de 600 lieder. Les enregistrements tardifs de ses rôles donnent une idée de la splendeur qui fut la sienne. Si ses enregistrements, réalisés très tard dans sa longue carrière (58-59 ans), sont au moins une indication approximative de ses talents, on peut penser qu’elle avait probablement la voix la plus douée et la plus flexible de la fin du XIXème siècle, et qu’elle était un de ces phénomènes rares d’une soprano dramatique et de colorature, comme Maria Callas, Emma calvé ou Joan Sutherland. Elle fit preuve également d’une musicalité très raffinée, d’une expressivité et d’un style impeccables.

Sa vie privée fut calme, mais engagée.  Elle était végétarienne, amie et protectrice des animaux, luttant contre la vivisection. Elle s’était mariée en 1888 avec le ténor Paul Kalisch mais, trop indépendante pour supporter les contraintes de la vie conjugale, elle s’en sépara. Elle s’investit à partir de 1905 dans l’organisation du festival de Salzbourg (prédécesseur du festival actuel), dont elle assuma la direction artistique et où elle chanta de 1901 à 1910. Elle a fondé l’Académie internationale d’été au Mozarteum de Salzbourg en 1916. Le programme de l’académie s’est concentré au début sur les cours de chant, mais il a été étendu par la suite pour inclure une grande variété d’enseignement musical. La médaille Lilli Lehmann est décernée par le Mozarteum en son honneur. Elle publia un ouvrage de pédagogie, Meine Gesangskunst («Mon Art du chant», Berlin, 1902, traduit en anglais, How to Sing, 1902, révisé et augmenté en 1924, nouv. éd. Dover, New York, 1993), suivi de son autobiographie, Mein Weg (« Mon chemin», Leipzig, 1914, traduit en anglais, My Path through Life, 1914, nouv. éd. Arno Press, New York, 1977).

Dans son bel ouvrage sur l’art du chant, Lilli Lehmann nous livre le schéma suivant, qu’elle a choisi d’intituler « Les sensations vocales de la soprano et du ténor ».

Ce célèbre schéma nous donne notamment à observer avec attention:

– la localisation de la résonance selon les notes 

– la proximité de la colonne d’air et de la colonne vertébrale

– la concentration du souffle à la luette, avant de « tourner »

– le mélange des résonances, en particulier dans les notes graves

– la concentration de la résonance au moment du passage à l’aigu.

Reynaldo Hahn disait d’elle qu’elle était « la plus grande technicienne vocale qui ait jamais existé. Lilli Lehmann mourut le 17 mai 1929, à Berlin. Une de ses dernières paroles fut : «Pourquoi n’ai-je plus de temps pour apprendre… L’art est trop difficile et la vie trop courte».

8 thoughts on “Lilli Lehmann 1848-1929”

  1. For latest news you have to pay a quick visit internet and on web
    I found this web page as a best site for newest
    updates.

  2. A motivating discussion is worth comment. I believe that you ought to write more
    about this subject matter, it may not be a taboo subject but generally folks don’t speak about such topics.
    To the next! Best wishes!!

  3. Great post. I was checking continuously this blog and I’m impressed!
    Very helpful info specially the last part 🙂 I care for such information a lot.
    I was seeking this certain info for a very long time.
    Thank you and good luck.

    My web site; rollex11 original

  4. hello!,I like your writing so much! share
    we communicate more about your article on AOL? I require a specialist in this house to unravel my problem.
    Maybe that’s you! Taking a look forward to peer you.

  5. Hey there just wanted to give you a brief heads up and let you know a few
    of the images aren’t loading correctly. I’m not sure why but I think its a linking issue.
    I’ve tried it in two different web browsers and both show the same results.

  6. With havin sⲟ much content ddo you ever run into any problems of plagorsm or copyright violation? My website has a lot of unique content I’ve either wrritten myself
    or outeourced buut it аppears a lot of it is popping it up aⅼl over
    the internet without mmy agreement. Do yoᥙ know any
    techniques to helр protect against сobtent frrom being stolen? I’d really appreciate it.

  7. Ηello there, just became aware of youг blog through
    Google, aand found that it is truly informative. I am ɡoing to watch out for Ƅrussels.
    I will be grateful if уou continue this in future. Lots of peopⅼe wiull be benefited from your writing.
    Cheers!

Leave a Comment

Your email address will not be published.