Francisco Viñas 1863-1933

Francisco Viñas fut un légendaire ténor espagnol à la voix lyrique et dramatique. Il fut considéré comme le successeur du célèbre Julián Gayarre.

Nous utiliserons la version espagnole de son nom, Francisco Viñas i Dordal, mais il est parfois orthographié Francesc Viñas i Dordal ou encore Francesco Vignas en version italienne. Viñas est né à Moià, une petite ville près de Barcelone. D’origine modeste, il a travaillé comme berger, mais étant donné son goût pour la musique, il apprit, peut-être à l’église paroissiale, les rudiments de la théorie musicale et de la clarinette avec le prêtre Ramon Busquets, organiste de Moià à l’époque. En 1879, il s’installa chez une tante à Barcelone pour travailler dans une usine. Puis, il entra au Conservatoire où il fut l’élève du professeur Gonzalo Tintorer. Grâce à ses progrès, il décrocha une bourse qui lui permit d’abandonner le travail manuel et de se consacrer totalement à la musique. Il obtint son diplôme le 10 juillet 1887 avec la qualification d’excellent avec les médailles d’argent et de bronze. Après l’avoir entendu lors de certains concerts du conservatoire, Juan Goula, chef d’orchestre principal au Gran Teatre del Liceu de Barcelone, le poussa à étudier le rôle-titre de Lohengrin. Viñas put ainsi faire ses débuts à l’opéra du Liceu le 9 février 1888 dans Lohengrin, cette œuvre qu’il chantera plus de 120 fois par la suite. Julián Gayarre, le grand ténor espagnol connu pour ses rôles wagnériens, était dans le public lors de cette représentation et fut tellement impressionné par la performance de Viñas qu’il lui offrit son propre costume de Lohengrin. 

Francisco Viñas

En 1889, il fit ses débuts à la Scala de Milan dans Lohengrin. Les années suivantes, Viñas chanta dans les principaux théâtres italiens tels que le Teatro Regio (Turin), le Teatro Carlo Felice de Gênes et la Scala de Milan. Il ajouta à son Lohengrin d’autres rôles qui lui procurèrent une grande renommée, dans des ouvrages comme Mefistófeles (Arrigo Boito), Cavalleria Rusticana (Mascagni), Lucia di Lammermoor (Donizetti) et L’Africaine (Meyerbeer).

Francisco Viñas dans Lohengrin
Francisco Viñas dans Lohengrin

En 1893, il se produisit à Covent Garden à Londres puis en 1894 au Teatro de San Carlo à Naples et en 1895 au Metropolitan Opera House de New-York ainsi que dans les villes de Boston, Philadelphie, Saint-Louis et Chicago. La même année, il reprit Tannhäuser à Gênes, en remplacement du ténor Battista de Negri, puis à Covent Garden. Grâce à l’intérêt de la reine Victoria, il chanta Cavalleria rusticana à Londres, dirigé par l’auteur lui-même, le maestro Mascagni.  En 1895, il chanta pour la première fois au Teatro Real de Madrid. À Naples, il chanta devant l’empereur Guillaume II d’Allemagne. En 1910, il se produisit au Théâtre Colón de Buenos Aires. En 1897, il chanta au Teatro Costanzi de Rome. En 1904, il était à l’affiche de l’opéra Germania d’Alberto Franchetti au Teatro alla Scala de Milan, en alternance avec le ténor Giovanni Zenatello.

Francisco Viñas
dans le rôle de Tristan

Plus tard, il ajouta à son répertoire différents personnages wagnériens: Tristan en 1908 au Teatro San Carlos de Lisbonne, puis Parsifal le 31 décembre 1913 au Liceu avec Margot Kaftal, Cesare Formichi et Vincenzo Bettoni sous la direction musicale de Franz Beidler. Il refit Parsifal au Teatro Real de Madrid. Ce soir-là, à l’occasion du 30e anniversaire de la première de Parsifal, l’interdiction wagnérienne de ne pas exécuter cette œuvre en dehors de Bayreuth fut levée, le Gran Teatre del Liceu étant la première salle à représenter légalement Parsifal. En 1916, il revint au Liceu dans Tannhäuser. En 1918, il chanta pour la dernière fois au Liceu de Barcelone dans l’opéra Acté, de Juan Manén.

Viñas était marié à la mezzo-soprano lyrique italienne Giulia Novelli (1859-1932) avec laquelle il avait chanté Carmen à Palerme en 1892. Elle fit également une brillante carrière internationale et fut considérée, dans sa catégorie vocale, comme la voix de la plus belle qualité depuis la grande contralto Marietta Alboni (1826-1894).

Après son abandon de la scène, Francisco Viñas se consacra à diriger dans sa ville natale, Moià, le Festival qu’il avait lui-même créé en 1904. Il écrivit en 1932 un traité de technique vocale. Il est décédé à Barcelone le 14 juillet 1933 où il reçut des obsèques nationales.

Gran Teatre del Liceu à Barcelone

Un concours de chant fut créé en 1963 par Jacint Vilardell pour commémorer le ténor catalan Francisco Viñas. Ce concours, auquel participent chaque année de jeunes chanteurs du monde entier, est devenu l’un des principaux concours pour l’opéra, l’oratorio et le Lied. Pour permettre aux chanteurs d’autres pays de participer, le Gran Teatre del Liceu a conclu un accord avec les opéras de Madrid, Paris, Londres, Berlin, Milan, New-York, Los Angeles, San Francisco, Pékin et Moscou pour y réaliser les épreuves préliminaires. L’audition finale a lieu chaque janvier au Liceu de Barcelone, tout comme le concert final avec les lauréats, accompagné de l’orchestre symphonique du Gran Teatre du Liceu. En plus de recevoir les prix officiels, les gagnants perçoivent d’autres récompenses, telles que des bourses d’études et des contrats pour des représentations dans divers théâtres.

Après 20 ans de triomphes dans les meilleurs opéras du monde, Francisco Viñas fit construire cette propriété à côté de la maison de ses parents, dans sa ville natale de Moià. Elle conserve encore une partie du mobilier et de la décoration du début et du milieu du XXe siècle.
Francisco Viñas dans l’Africaine de Meyerbeer

Ce grand ténor est le prototype de l’école italienne de chant. Le son de sa voix n’entrait dans aucun registre spécifique, mais nous pourrions le qualifier de complet. Il était à la fois un grand ténor lyrique et un ténor dramatique wagnérien extraordinaire. Il possédait une voix souple, délicate mais éclatante de ténor héroïque puissant qui était magnifiquement concentrée avec une grande chaleur, ce qui le rendait bien adapté pour un large éventail de rôles. Avec Julián Gayarre, il faisait partie d’une race de ténors presque éteinte au début du XXème siècle. À son époque, il n’était égalé que par le ténor wagnérien un peu plus jeune que lui, Giuseppe Borgatti. Il avait un style élégant et une voix belle et propre bien qu’un peu neutre, un timbre clair et une diction parfaite. Il a magistralement alterné et fusionné les registres de poitrine et de tête.

On connaît 68 disques de Francisco Viñas, enregistrés en 1903 pour le label anglais Gramophone & Typewriter, précurseur de La Voix de son Maître, et entre 1905 et 1912 par la firme milanaise Fonotopia. Actuellement, tout ce matériel a été réédité sur CD par deux labels: le label espagnol Aria Recording et le label Ward Marston Records.