Robert Massard 1925-

Robert Massard est avec Ernest Blanc l’un des deux plus grands barytons français de la fin du XXème siècle. Grâce à une voix chaude, à l’aigu brillant et à la diction parfaite, il connut une carrière internationale interprétant plus de cent rôles, aux côtés de stars comme Maria Callas, Montserrat Caballé, Plácido Domingo, Marilyn Horne et Joan Sutherland et sous les directions de chefs prestigieux comme  Georges Prêtre, Colin Davis, Carlo Maria Giulini ou John Eliot Gardiner.

Robert Massard

Robert Massard est né à Pau le 15 août 1925. Son père, chef des ventes chez Renault perdit sa situation lors de la déclaration de guerre en 1939, car la priorité devint alors la fabrication de canons, de mitraillettes et de chars. Il avait 14 ans lorsque son père lui annonça: «Je ne peux plus payer tes études, il faut que tu apprennes un métier». Il dut donc abandonner ses études pour devenir apprenti mécanicien, troublant parallèle avec trois autres grands chanteurs, Enrico Caruso, José Luccioni et Ernest Blanc, tous issus de la mécanique. Il fit son service militaire à La Rochelle et fut démobilisé en 1975. Il ne chantait alors que pour son plaisir. Voici comment il confia la suite de sa carrière à l’occasion d’un entretien en 2015:

«A Pau, l’occasion se présente de chanter devant le ténor Léon Marcel. Je lui chante Vision fugitive : il  se montre très intéressé et m’envoie chez une pianiste pour que j’apprenne la musique. Jusque-là tout va bien. Mais ladite pianiste me dit qu’il faut que j’apprenne les sept clefs – moi qui n’avais aucune notion de solfège, je trouve ça un peu indigeste, et j’abandonne. En 1959, l’Association du Beau Ciel de Pau organise un concours de chant. Je me présente. Je finis premier sur 60. Alors Monsieur Léon Marcel appelle Monsieur Louis Izard à Toulouse et Vanni-Marcoux à Bordeaux pour voir ce qu’on peut faire de moi. Monsieur Vanni-Marcoux m’auditionne à Bordeaux, et m’oriente vers la classe de Madame Marthe Nespoulos au Conservatoire de Bordeaux. Seulement, ces cours sont trop chers et je n’ai pas un sou. Je renonce. En 1951 a lieu un concours de chant à Bayonne. J’obtiens le premier prix, sans suite. En 1951, Blanchardet, patron du casino de Pau et chef d’orchestre, organise le banquet du Syndicat des hôteliers du Sud Ouest. On me propose de venir chanter en fin de banquet. J’arrive, et on est en effet en pleines agapes. Personne n’écoute vraiment. Je chante quand même. Alors Monsieur Blanchardet me prend à part et me dit : « Je vais te mettre en contact avec un de mes amis haut-placés à l’Opéra de Paris, Monsieur Georges Hirsch. Mais tu dois me jurer que si je t’obtiens cette audition, tu t’y présenteras, quelle que soit la façon dont tu te sens.» Je jure. Le matin du 8 juin 1951, je débarque à Paris par train de nuit en 3ème classe, le dos un peu moulu. A la gare, je retrouve un camarade qui m’emmène à l’Opéra. Là, je trouve les porte closes. Il est trop tôt. On me dit de revenir à 16h30. Je reviens à l’heure dite et on me guide sur le  grand plateau vide du Palais Garnier. Je passe après Nicolai Gedda et Victoria de Los Angeles. Après l’audition, Monsieur Hirsch me convoque. Il me propose un contrat de jeune artiste. Or il n’avait pas le droit, car son successeur, Monsieur Lehmann, arrivait le 1er juillet et la signature des contrats était suspendue. Qu’à cela ne tienne. Mon père m’encouragea dans cette voie en me disant : « si cela ne marche pas, ta trousse à outils sera toujours prête ».  En septembre 1951, je viens donc prendre mon emploi de jeune artiste. Entretemps, Monsieur Lehmann avait produit une note de service: ma rentrée était repoussée à début 1952. Mais dès mon arrivée à l’Opéra, Monsieur Hirsch m’a écouté et m’a mis entre les mains de son épouse, chef de chant, pour que je travaille l’Air de la fleur: même si je parvenais à le chanter avec le si sans difficulté, on sentait bien que je ne pouvais tenir la tessiture du ténor et que j’étais en réalité un jeune baryton en devenir. Je ne me suis pas reconverti dans les ténors wagnériens, jétais « simplement » un baryton !»

De toute manière, fort éloigné de l’esprit “découvreur de talents” de son prédécesseur, Maurice Lehmann avait décrété qu’il ne valait guère la peine de s’intéresser à un garçon qui ne savait rien! Car Robert Massard traînait comme un boulet son ignorance du solfège, et son âge (26 ans) lui fermait l’accès à quelque conservatoire que ce soit. Par bonheur, un ténor de la troupe l’introduisit à la Schola Cantorum afin qu’il rattrape son retard… en compagnie de gamins en culottes courtes ! Son professeur de solfège s’appellait Madeleine Milhaud, coïncidence qui devait déboucher plus tard sur la création par Robert Massard d’œuvres de Darius Milhaud… 

Massard raconte ainsi la suite: «En janvier 1952, je suis chez des amis de ma sœur au Perreux, un des membres de cette famille est comédien et a entendu parler des auditions pour Iphigénie au festival d’Aix-en-Provence. J’obtiens une audition devant Gabriel Dussurget; Irène Aïtoff m’accompagne. Je chante Rigoletto. Monsieur Dussurget me dit de revenir avec un air de Thoas, ce que je fais. Et me voici engagé à Aix! Cela tombe à pic : Monsieur Lehmann, qui ne m’aimait pas, était bien décidé à me licencier de l’Opéra avant même que j’aie commencé. Être engagé à Aix me sauve de ce destin. Lehmann a eu ce mot sympathique : «Qu’il aille à Aix, il se cassera la figure». Il prend soin de me faire débuter avant cela dans des utilités à l’Opéra à 450 francs par mois (le 18 juin 1952, dans Samson et Dalila) et ne cessera alors de me mettre des bâtons dans les roues à chaque fois que je demanderai la permission de chanter à l’extérieur. Néanmoins en juillet 1952, je débute à Aix sous la direction de Giulini, gentleman absolu, très chaleureux avec le débutant que j’étais. Ma carrière avait enfin commencé. Lehmann n’osera plus me limoger. L’Opéra de Paris deviendra ma maison, mon port d’attache – en 26 ans de carrière, j’y ai chanté 1003 fois (oui, comme dans l’air du catalogue).  La période glorieuse est celle qui court de 1954 à 1968: à part 1962, je chante à l’Opéra de Paris entre 40 et 80 fois par an. Les grands rôles : Valentin (en 1955, j’en fêtai déjà la 50ème!),  Tonio dans Paillasse, Germont, Zurga, Rigoletto, Escamillo ainsi que Macbeth, I Puritani, Lucia di Lammermoor, Posa, Don Quichotte, Iphigénie, le Barbier...»

Robert Massard dans divers rôles

Massard parle aussi de ses relations parfois difficiles avec ses collègues: «Avant la liquidation de la troupe par Liebermann, j’étais membre de la troupe. Je me rappelle de ces chers collègues qui faisaient venir des amis pour siffler leurs rivaux. J’ai dû me montrer un peu abrupt avec l’une de ces collègues qui avait décidé de me faire siffler tous les soirs par les petits messieurs qui constituaient son entourage. Je ne sais pas si c’est elle ou eux qui ont pris le plus peur, mais soudain, on ne m’a plus embêté. Je ne garde pas un souvenir ému de ces années de troupe. Je n’y ai pas connu d’entente artistique réelle. Pour le dire crûment, c’était la fosse aux lions. Mes grands souvenirs se rattachent plutôt à des concerts exceptionnels comme cette tournée en URSS en 1963 : Kiev, Leningrad, Moscou. On sentait la soif de liberté. On sentait aussi toute l’émotion du public lorsqu’il écoutait de la musique. C’était bouleversant. Il y eut aussi l’In Terra Pax de Frank Martin que nous avons donné en 1969 devant Paul VI. Pour un catholique comme moi, cela avait un sens énorme. Les collègues avec qui je me suis le mieux entendu artistiquement n’étaient pas des chanteurs de l’Opéra de Paris. Par exemple, je me suis merveilleusement entendu avec Nikolai Ghiaurov, que j’admirais beaucoup – un grand artiste et un être humain exquis. Je me suis également très bien entendu avec Boris Christoff, avec qui j’’ai beaucoup chanté. Je me rappelle qu’il eut un début de tumeur au cerveau : par bonheur, un chirurgien fit merveille et lui donna bien dix années de vie en plus.  J’aimais aussi beaucoup Franco Corelli, un grand traqueur, avec qui j’ai chanté Carmen à Chicago. Ce furent des amis et des modèles.»

La voix ne fait que 30% du travail. Il faut aussi savoir jouer, composer un personnage, habiter ses rôles. Je n’ai jamais voulu chanter des personnages que je n’aurais pas pu incarner pleinement. Mais il y a davantage encore : il faut une volonté inflexible. Toute ma vie a été une bagarre. J’ai surmonté des oppositions, des hostilités, des cabales organisées par mes propres collègues de l’Opéra. J’ai dû composer avec des agents véreux et des directeurs pas toujours compétents.»

Robert Massard dans le Cid de Massenet, Lucia di Lammermoor,
et Iphigénie en Tauride de Gluck (deux photos du bas).

Au cours de ses quatre ans de mandat, Maurice Lehmann ne cessera d’ailleurs de persécuter le jeune baryton et de lui infliger mesquineries et tracasseries. Par bonheur, Georges Hirsch revint à son poste, permettant enfin à Robert Massard d’aborder les rôles-titres qui le propulseront vers une carrière internationale : Le Barbier de Séville, Rigoletto. « J’ai été le premier français à chanter Rigoletto au Bolchoï de Moscou, un des plus beaux souvenirs de ma vie, avec la création de In terra pax de Frank Martin pour le Pape Paul VI en 1969 ». C’est d’ailleurs à l’instigation de Madame Hirsch, professeur de chant qui avait remarqué ses aigus faciles, que Robert Massard étudia dès 1953 Le Barbier de Séville; déjà, il eut l’intuition de rechercher la vérité dramatique qui devait devenir l’une de ses marques distinctives, en travaillant le texte de Beaumarchais avec un comédien, et son jeu scénique avec un mime, car – dit-il – il se sentait gauche et inexpérimenté. Durant toute sa carrière, il veillera autant à la composante dramatique qu’à la part musicale de ses interprétations, son exemplaire diction, en français comme en italien, lui permettant de communiquer la présence théâtrale de ses personnages : « Dans un opéra, il y a tout de même 50% de musique et 50% de texte ; si on ne se préoccupe que de chanter, où passe l’intrigue ? Il importe que les gens comprennent. Même en italien, je suis très fier que ma diction ait été jugée parfaitement intelligible par des Italiens. J’ai toujours veillé à ce que l’on comprenne tout ce que je chantais. Certes, cela demande beaucoup de travail, cela implique de ne pas survoler l’ouvrage et d’y apporter la dimension du travail dramatique, même quand on le sait bien musicalement. Je me suis perfectionné auprès de comédiens car à 26 ans, je mesurais combien m’avait manqué une éducation théâtrale. J’allais souvent assister aux spectacles du Théâtre-Français; j’ai travaillé avec Paul-Émile Deiber, sociétaire de la Comédie-Française, je me suis lié d’amitié avec Alain Feydeau (le petit-fils de l’écrivain), lequel m’a demandé en retour des leçons de chant. Une fois le texte bien mis en bouche, le phrasé donne tout : les notes sont de plus ou moins longue durée, si vous n’occupez pas la valeur de la note, votre chant sonnera sec ; un peu comme par l’archet du violoncelle, vous rendez le son intéressant, l’articulation fait partie de l’émission de la note. Maintenant les chanteurs n’articulent plus, ils traitent avec nonchalance ce qu’ils chantent. De même pour le maquillage : je vois parfois des jeunes arriver au dernier moment et l’expédier en trois coups de crayon ! Alors que je passais deux heures devant ma table de maquillage à me faire une tête, je pensais à la manière de représenter mon personnage, au point que, parfois, on ne me reconnaissait plus ! ».

Robert Massard


En 1954, Massard vint pour la première fois à Genève. Le Grand Théâtre étant en reconstruction après l’incendie de 1951, c’est sur la scène du Grand Casino qu’il créa sa première incarnation du Figaro de Rossini, entouré d’autres voix françaises qui feront les belles heures de l’Opéra de Paris jusque dans les années 70: le ténor Carlo Baroni et la basse Xavier Despraz notamment. Il participa par ailleurs à la première, en français, de Capriccio de Richard Strauss à l’Opéra Comique en 1957. Il participa également à la première au Palais Garnier du célébrissime opéra de Bizet, Carmen, le 10 novembre 1959, dans le rôle d’Escamillo, avec Jane Rhodes (Carmen), Andréa Guiot (Micaëla), Jane Berbié (Mercédès) et Albert Lance (don José), sous la direction de Roberto Benzi, sachant que la toute première représentation de Carmen avait été donnée à l’Opéra-Comique (le 3 mars 1875 avec Galli-Marié).  Le répertoire de Robert Massard comportait plus de 100 rôles, aussi bien dans la grande opérette que Escamillo (qui fut un de ses grands rôles), Sancho Pança, Mercutio, Chorèbe (Les Troyens), Valentin (Faust), Méphistophélès (La damnation de Faust), Marcello, Mazetto, Lescaut et des oeuvres du XXème siècle comme Le roi David, Peter Grimes, L’école des maris de Bondeville, Les malheurs d’orphée, Médée de Darius Milhaud, etc. Chez Wagner, il fut le Veilleur (Die Meistersinger), le Héraut (Lohengrin), Melot (Tristan), Wolfram (Tannhäuser).

Robert Massard et Jane Berbié dans Le barbier de Séville


Massard chanta pour la dernière fois à l’Opéra de Paris le 30 juillet 1978 puis fit des tournées en province (Toulon, Toulouse, Avignon, Lille, Saint-Etienne, etc) ainsi qu’en Belgique, en Argentine, en Espagne. Après 33 ans de scène, il termina sa carrière en 1984 dans Manon, à Limoges et Angoulème. Il explique lui-même ses raisons: «Je savais que je pouvais encore chanter quatre ou cinq ans, mais que cela serait légèrement moins bien. Je suis parti parce que j’ai eu peur de décevoir le public. J’ai préféré qu’on dise «il part déjà» plutôt que «il chante encore!».

Il prit sa retraite à Pau et fut professeur au Conservatoire de Bordeaux de 1978 à 1986.

La discographie de Robert Massard est monumentale : on le trouve dans les premiers rôles de plus de 50 opéras et opérettes, partenaire de Maria Callas, Montserrat Caballé, Placido Domingo, Marilyn Horne, Joan Sutherland et d’autres, sous la direction de Georges Prêtre, Colin Davis, Manuel Rosenthal, Carlo Maria Giulini, John Eliot Gardiner et bien d’autres.

Robert Massard
Robert Massard en 2016

La voix de Robert Massard était chaude, particulièrement brillante dans les aigus: «Ma voix, loin de rétrécir ans l’aigu, comme la plupart des baryton, s’épanouit et s’éclaire. C’est ce qui a fait penser à certains que je pouvais être ténor. Certains m’ont dit : “Finalement, tu as eu de la chance de n’entrer dans aucun conservatoire, peut-être t’aurait-on fait plus de mal que de bien !”. Peut-être, avec l’aigu que j’avais, m’aurait-on dit: “Vous n’êtes pas baryton”. C’est d’ailleurs ce qui advint : Loiseau, le gendre d’Ibos, m’avait entendu dans le Héraut de Lohengrin à l’Opéra, et avait déposé une carte de visite à mon intention chez le concierge ; il m’invitait à venir le voir à son studio de la Salle Gaveau et m’annonçait “quelques révélations” sur ma “belle voix”. Je m’y rendis, il commença par me passer de la pommade puis, assez brutalement, me dit : “Pour moi, Monsieur, vous n’êtes pas baryton, vous êtes ténor. Vous laissez tomber les rôles de baryton pendant six mois, et alors vous verrez…”. Je lui ai répondu : “Si je comprends bien, l’alternative est la suivante : ou je réussis et votre carrière de professeur de chant en tirera profit, ou je me casse la figure et vous direz que je n’ai pas compris votre technique. Alors écoutez-moi bien : je suis venu vous voir, mais vous ne me reverrez plus !”. Il y a ainsi des bourreaux des voix qui ont exercé leurs ravages sur des artistes bien connus ».

En effet, si la clarté de ses aigus est évidente, son timbre se pare aussi de graves dramatiques, prenants, qui apportent par exemple une sombre coloration à l’air Scintille diamant de Dapertutto (dans Les Contes d’Hoffmann), ou donnent la maturité de l’âge dans son incarnation de Germont le père d’Alfredo dans La Traviata.

Par l’alliance de ces caractéristiques aux extrêmes de sa tessiture, par la souplesse animant tout son registre, Robert Massard est l’exact représentant du baryton-Verdi, un type de voix qui exige autant de polyvalence psychologique que de ductilité musicale; il n’est guère étonnant qu’il fut l’un des rares Français à s’être illustré de manière aussi convaincante dans les rôles de Rigoletto, de Germont, de Da Posa (Don Carlos), de Renato (Un Ballo in Maschera), sans oublier, dans le répertoire dit “vériste”, une interprétation noblement émouvante du rôle si complexe de Gérard (Andrea Chénier).»

Cette voix fut mise en valeur par une diction impeccable, ce qui n’est pas si fréquent chez les chanteurs lyriques, avec pour résultat l’émotion produit du style, du légato, du phrasé et de la couleur dramatique.

Témoignages amicaux

Serge Baudo

J’ai connu Massard au Festival d’Aix, mais il n’a pas chanté avec moi car il ne faisait pas partie des distributions que je dirigeais. A partir de 1962 je l’ai dirigé à l’Opéra de Paris. C’était Georges Auric qui m’avait invité. Je l’ai eu dans différents rôles. Je me souviens tout particulièrement de son Valentin dans FAUST, et je n’ai pas retrouvé de chanteur comme lui dans ce rôle, qu’il chantait -et vous me pardonnerez cette expression un peu vulgaire- “comme dans un fauteuil”. Il n’avait aucune difficulté, ni de respiration, ni de tessiture. Il avait tout pour lui, ce garçon. Il était d’un abord extraordinaire, inattaquable, exceptionnel. Une manière de conduire le souffle très rare, même chez les plus grands; il n’avait jamais de problème de respiration. Une couleur de voix très timbrée, une voix qu’on reconnaissait tout de suite, c’était dans le meilleur sens. Un sens du phrasé, de la sensibilité, de la musicalité. En plus, il était bouleversant de talent. 


Il avait une prononciation du français, une articulation qui relèvent de l’avant-dernière guerre. Je pense à Thill dans un autre domaine. Il n’y avait pas une syllabe qui n’était pas compréhensible, et en même temps sans jamais altérer le phrasé et le legato. Ce que malheureusement bien souvent j’ai trouvé en contradiction avec différents chanteurs étrangers, ce qui est plus logique, mais aussi français. N’étant jamais en France, je perds un peu le contact avec la jeune école française. J’ai l’impression qu’il y a peut-être un renouveau qui est extrêmement intéressant dans tous les domaines, que ce soit le côté instrumental ou vocal. On s’est tellement employé à faire du son pour faire du son qu’on ne comprenait plus un mot. C’est un peu le défaut des chefs d’orchestre de copier la Philharmonie de Belin. On n’a rien à copier dans la vie, on doit être soi-même. Si on copie, on va vers une culture de supermarché, où on trouve tout partout, et où on entend tout partout. 
Massard, c’est la qualité France. Je n’ai jamais pu l’avoir au Festival Berlioz de Lyon. On est tombé dans un circuit avec les chanteurs étrangers à un moment donné, où je me suis peut-être moi-même laissé prendre. Mais ma politique à Lyon, c’était quand même la priorité aux chanteurs français.

Propos recueillis par G. Farret à Marseille le 13 septembre 2003.


Jane Berbie

Avec Robert Massard, nous avons passé ensemble le premier Concours de Pau: lui a eu le Premier Prix à l’unanimité, et moi le Premier Prix. Mais je ne faisais pas encore de chant. J’étais en classe de piano, je venais d’obtenir mon prix de solfège. C’était Edouard Gaujac, directeur du Conservatoire de Toulouse, qui était président du jury. J’avais chanté Werther et Margared du Roi d’Ys: inconscience de la jeunesse. J’étais partie accompagnée par mon père. On était tous dans une pièce, avec l’accompagnatrice qui nous donnait les mouvements, et nous chantions tous les uns les autres, en rang d’oignon. Je me souviens de la réflexion de Gaujac: Quand vous chantiez le solfège, je ne vous entendais pas aussi bien. Je chantais le son des notes. C’est ce concours qui a propulsé Robert à l’Opéra.

Gabriel Dussurget: C’était en 1956 ou 57. Maria Branèze, mon professeur, me présente à lui; j’auditionne devant lui et il m’engage immédiatement en 58 pour L’enfant et les sortilèges à la Scala. Il voulait que je fasse l’Enfant, mais le rôle était déjà distribué, et fort bien (Françoise Ogéas.) J’ai donc chanté la Bergère et l’Ecureuil. La même année, quand on est revenus de Milan, Gabriel m’a dit: Je voudrais que tu chantes la Deuxième Dame de La Flute à Aix, et cela s’est fait. Il était question qu’il aille à l’Opéra: Si je suis conseiller artistique à l’Opéra de Paris, je t’engage. Et c’est comme ça qu’il m’a engagée au Palais Garnier. 
Et c’est comme ça que j’ai fait des tas de Carmen à l’Opéra avec Robert Massard, dans la mise en scène de Raymond Rouleau. Avec lui, comme avec Jean-Pierre Grenier, Maurice Sarrazin, Giorgio Strehler ou Jean-Pierre Ponnelle, il connaissait l’opéra, le livret, et faisait avec votre propre personnalité. Vous n’étiez pas un pantin. Je regrette que cela ne se passe plus comme ça. 
Le disque de Carmen avec Callas: J’ai un souvenir extraordinaire de cet enregistrement, et une grande leçon. C’est une dame qui arrivait avant l’heure -car, si on veut être exact, il faut arriver avant l’heure- et qui demandait à Michel Glotz, le producteur, si elle pouvait partir. Quand nous avons fait le trio des cartes, elle m’a dit: Je crois qu’il faut refaire ce passage. Et lorsque nous avons écouté la bande, à ce moment précis elle m’a dit: Non, pas du tout. Tout était bien. Nous enregistrions en plein Paris, Salle Wagram, siège à la fois des matches de boxe et des bals musette le samedi. A l’enregistrement, vous ne pouvez pas bouger un orteil, ça peut faire crisser le parquet. Si vous respirez, il faut respirer d’une manière particulière, sinon on entend des tuyaux d’orgue. C’est très particulier, et épuisant nerveusement.
Propos recueillis par G. Farret à Marseille le 8 septembre 2003.

Ludovic Tézier

« Quel « diseur », Robert Massard ! »

Propos recueillis par V. Fleurquin, pour ODB-Opéra, à Vienne, le 15 décembre 2005 .


Marc Barrard 

Je suis un fan absolu de Robert Massard, que j’ai entendu la 1ère fois dans un Barbier de Séville en français à Nîmes il y a fort longtemps au cours de la saison 1973-74 (…???) puis à plusieurs reprises dans notamment Faust, Samson 
et Dalila, Roméo et Juliette, etc, etc… C’est quelqu’un que j’admire beaucoup par ses qualités artistiques et humaines.
Sur scène c’était, la grande classe, avec beaucoup d’engagement, et dans la vie une personne très discrète et adorable.
Il avait une voix d’une grande souplesse et très facile dans tous les registres, très homogène aussi. 
J’ai beaucoup écouté un enregistrement radio de son Posa de Don Carlo et aussi, lorsque je préparais Iphigénie en Tauride, son enregistrement du Colón de Buenos Aires avec la sublime Régine Crespin. J’ai eu l’occasion de le rencontrer à plusieurs reprises et l’homme qu’il est, m’a séduit par sa simplicité et son naturel.
Il est et reste pour moi une vrai référence de grand et beau chant, longue vie à lui et surtout, merci beaucoup pour toutes les joies et émotions que l’on vous doit durant toutes ces années où vous parcouriez la France et le monde entier pour notre plus grand plaisir.

Propos recueillis par J. Pesqué, le 6 mars 2008.

Résumé chronologique des principales représentations sur scène de Robert Massard:

1952 
8 juin, (débuts), 23 novembre
Paris, Palais Garnier 
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Albert Wolf (23 novembre), Pierre Chéreau, Larthe; 
Rita Gorr (23 novembre), René Verdière (novembre), Henri Médus (23 novembre), André Philippe (23 novembre)

Paris, Palais Garnier
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Paul Stuart, Jambon et Carpezat, Pinchon

Paris, Palais Garnier
THAIS (Massenet), (un Cénobite) 
Lapissida, Jambon et Bailly, Charles Bianchini

26 et 30 juillet
Aix-en-Provence, Théâtre de l’Archevêché
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Thoas) 
Carlo-Maria Giulini, Jean Doat, André Masson
Patricia Neway, Léopold Simoneau, Pierre Mollet

31 octobre
Paris, Palais Garnier
DIE MEISTERSINGER VON NURNBERG (Wagner), (un Veilleur) 
Georges Sébastian, Max de Rieux, Amable, Charles Bianchini; 
Géori Boué, Rita Gorr, Raoul Jobin, Georges Vaillant, Jean Giraudeau, Roger Bourdin, Xavier Depraz

19 décembre
Paris, Palais Garnier
L’AIGLON (Ibert, Honegger), (l’Arlequin) 
André Cluytens, Max de Rieux; 
Géori Boué, Liliane Berton, Paulette Chalanda, Huc-Santana, Roger Bourdin, Xavier Depraz

1953 
Paris, Palais Garnier
BORIS GODOUNOV (Moussorgsky), (le Héraut) 
Vanni-Marcoux, Yves Bonnat

21 août
Paris, Palais Garnier (600e)
ROMÉO ET JULIETTE (Gounod), (Mercutio) 
Louis Fourestier, Pédro Gailhard; 
Janine Micheau, Liliane Berton, Odette Ricquier, José Luccioni, Pierre Froumenty, Charles Cambon, Louis Rialland

Paris, Palais Garnier
RIGOLETTO (Verdi), (un messo) 

1954
20 février (2)
Paris, Palais Garnier
OTELLO (Verdi), (un araldo) 
André Cluytens, Lapissida, Jambon, Amable et Carpezat; 
Mario del Monaco, Géori Boué, Rita Gorr, René Bianco, Louis Rialland, Henri Médus

12 février
Paris, Palais Garnier
OBÉRON (Weber), (Abdallah) création à l’Opéra
André Cluytens, Maurice Lehmann, Jean-Denis Malclès; 
Constantina Araujo, Denise Duval, Denise Scharley, Christiane Castelli, Nicolai Gedda, Raphaël Romagnoni, Roger Bourdin, Henri Médus

5 mars, 4 août
Paris, Palais Garnier
BORIS GODOUNOV (Moussorgky), (Chtchelkalov) 
Georges Sébastian, Vanni-Marcoux, Yves Bonnat;
Ivan Petrov/Nicola Rossi-Lemeni (4 août), René Verdière/José Luccioni (4 août), Jean Giraudeau, Xavier Depraz/Pierre Savignol (4 août), René Bianco, Suzanne Sarroca, Hélène Bouvier, Liliane Berton, Jacqueline Cauchard, Denise Scharley

5 avril (2.200 e)
Paris, Palais Garnier
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Robert Blot; 
Jeanne Ségala, Marie-Louise Le Clère, Geneviève Serres, Georges Noré, Georges Vaillant, Charles Soix

17 avril, Paris
Paillasse (Leoncavallo)
Geori Boué, Jean Borthayre, Robert Massard, Serge Rallier, dir. Albert Wolf

22 août
Paris, Palais Garnier
LOHENGRIN (Wagner), (Herruffer) 
André Cluytens, Lapissida, Lavastre, Carpezat; 
René Verdière, René Bianco, Pierre Savignol, Berthe Monmart, Simone Couderc

25 août
Paris, Palais Garnier
LE ROI D’YS (Lalo), (St. Corentin) 
André Cluytens, Pierre Chéreau, Jean Souverbie; 
Christiane Castelli, Suzanne Juyol, Georges Noré, Jean Borthayre, Pierre Froumenty

19 décembre
Paris, Favart
LE JONGLEUR DE NOTRE-DAME(Massenet) 
Albert Wolff, Louis Musy
Alain Vanzo, André Dran, Louis Musy, Charles Clavensy, Marcel Enot, Henri Médus, Robert Massard

1955 
15 avril (9, jusqu’au 27 novembre)
Paris, Palais Garnier
NUMANCE (Barraud), (le Harpiste) 
Louis Fourestier, Max de Rieux, Jean Souverbie; 
Suzanne Sarroca, Rita Gorr, Simone Couderc, Ernest Blanc, René Bianco, Claude Hector, Jean Giraudeau, Xavier Depraz, Alain Vanzo, Gérard Serkoyan, Paul Finel

21 mai
Paris, Théâtre des Champs-Elysées (en concert; diffusion radio)
LE COMTE ORY (Rossini), (Raimbaud) 
Désiré-Emile Inghelbrecht; Odette Turba-Rabier, Françoise Ogéas, Jean Giraudeau, Jacques Mars

juin
Paris, Palais Garnier
FAUST (Gounod), (Valentin) 
André Cluytens; 
Jacqueline Brumaire, Liliane Berton, Georges Noré, Raffaele Ariè

1er août
Orange, Théâtre Antique
LOHENGRIN (Wagner), (Herruffer) 
André Cluytens et l’Opéra de Paris; 
Raoul Jobin, René Bianco, Pierre Froumenty, Berthe Monmart, Suzanne Juyol, Liliane Berton, Monique de Pondeau, Gisèle Desmoutiers, Jeannine Fourrier

septembre
Paris, Salle Favart
MIREILLE (Gounod), (le Passeur) 
Jacqueline Brumaire, Isabelle Andréani, Agnès Léger, Monique de Pondeau, Henri Legay, Ernest Blanc, Gabriel Jullia, André Dran

4 décembre
Paris, Salle Favart
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Jean Fournet; Carlo Baroni, Xavier Depraz, Louis Musy, Liliane Berton

1956 
WERTHER (Massenet) 
ORTF
Jules Gressier, dir. 
Georges Noré, Nan Merriman, Liliane Berton

Paris, Palais Garnier
ROMÉO ET JULIETTE (Gounod), (Mercutio) 
Pierre Dervaux/Louis Fourestier; Georges Noré/Ken Neate, Janine Micheau/Paulette Chalanda, Jacqueline Cauchard/Georgette Spanellys, Pierre Savignol/Huc-Santana, Jean Vieuille/José Faggianelli, Paul Finel

28 avril, Paris, Salle Favart
LA BOHÈME (Puccini), (Marcel) 
Jean Fournet; André Laroze, Antoine Griffoni, Julien Giovanetti, Martha Angélici, Andréa Guiot

11 mai, Paris, Palais Garnier
TRISTAN UND ISOLDE (Wagner), (Melot) 
Hans Knappetsbusch; 
Astrid Varnay, Ira Malaniuk, Ludwig Suthaus, Paul Schoeffler, Ludwig Weber

24 mai, Paris, Théâtre des Champs-Elysées
PÉNÉLOPE (Fauré), (Eurymaque) en concert
Désiré-Emile Inghelbrecht; 
Régine Crespin, Christiane Gayraud, Geneviève Macaux, Raoul Jobin, André Vessières, Michel Hamel, Bernard Demigny

31 mai, Paris, Théâtre des Champs-Elysées
CHRISTOPHE COLOMB (Milhaud), (Christophe Colomb) 
Manuel Rosenthal; 
Janine Micheau, Claudine Verneuil, Claudine Collart, Xavier Depraz, Jean Giraudeau, Lucien Lovano, Joseph Peyron

13 octobre, Paris, Salle Favart
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Figaro) 
Roger Albin; Mady Mesplé, Jean Giraudeau, Huc-Santana, Jean Vieuille

21, 26 décembre, Paris, Palais Garnier
DON GIOVANNI (Mozart), (Masetto) NP, en français
Louis Fourestier, José Beckmans, Jacques Marillier
Régine Crespin, Jacqueline Brumaire, Janine Micheau, Ernest Blanc, Louis Noguéra, Jean Giraudeau, Gérard Chapuis

1957 
BÉRÉNICE (Messager) 
ORTF
Gustave Cloez, dir. 
Jacqueline Brumaire, Nadine Sautereau, Solange Michel, Claudine Collart

LA MASCOTTE (Audran) 
ORTF
Robert Benedetti, dir. 
Geneviève Moizan, Denise Cauchard, Bernard Alvi, Lucien Baroux, Robert Destain

Paris, Salle Favart
CAPRICCIO (R. Strauss), (le Comte) création à Paris, en français
Georges Prêtre, Rudolf Hartmann, Romain Erté 
Jeanne Ségala, Suzanne Juyol, Raoul Jobin, Michel Roux, Pierre Froumenty

Paris, Palais Garnier
LA TRAVIATA (Verdi), (Germont) 
Pierre Chéreau, Préveraud de Sonneville

Paris, Palais Garnier
DIALOGUES DES CARMÉLITES (Poulenc), (un Geôlier) 
Maurice Jacquemont, Suzanne Lalique

19 janvier, Paris, Palais Garnier
DON GIOVANNI (Mozart), (Masetto) 
Louis Fourestier, José Beckmans, Jacques Marillier; Berthe Monmart, Lyne Cumia, Janine Micheau, Ernest Blanc, Louis Noguéra, Alain Vanzo, Jacques Mars

Mai, Toulouse, Théâtre du Capitole
DON GIOVANNI (Mozart), (Masetto) Georges Sébastian; Ernest Blanc, Louis Noguéra, Jean Giraudeau, Berthe Monmart, Lyne Cumia

12 mai, Rome, RAI
PADMAVATI (Roussel), (Alaouddin) en concert
Ferruccio Scaglia; Hélène Bouvier, Adèle Leigh, Raoul Jobin, Robert Destain, Henri Médus

17 mai, Paris, Salle Favart
MANON (Massenet), (Lescaut) 
Pierre Cruchon; Katia Popova, Alain Vanzo, Charles Clavensy

1958 
Paris, Palais Garnier
ROMÉO ET JULIETTE (Gounod), (Mercutio) 
Louis Fourestier
Georges Noré, Jacqueline Brumaire, Georgette Spanellys, José Faggianelli, Huc-Santana, Jean Kriff

24 janvier, Paris, Palais Garnier
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) 
Pierre Dervaux, Merle-Forest, André Maré
Denise Duval, Jean Giraudeau, Charles Clavensy, André Noël

31 janvier (4), Milan, Teatro alla Scala
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) 
Nino Sanzogno, Michel Crochot, Jean-Denis Malclès
Jacqueline Brumaire, Juan Oncina, Jean-Christophe Benoît, Jacques Doucet

21 avril, Paris, Palais Garnier
TRISTAN UND ISOLDE (Wagner), (Melot) 
Hans Knappertsbusch, Pierre Chéreau, Jambon et Bailly, Charles Bianchini; Astrid Varnay, Rita Gorr, Hans Beirer, Otto von Rohr, Otto Wiener, Jacques Mars

Paris, Palais Garnier
RIGOLETTO (Verdi), (Rigoletto) 
Pedro Gailhard, Lepic

16 mai, Paris, Salle Favart
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro)
Jésus Etcheverry; 
Liliane Berton, Roger Gardes, Xavier Depraz, Charles Clavensy

Glyndebourne (8), ALCESTE (Glück), (Hercule, le Grand-Prêtre)
Vittorio Gui, Carl Ebert, Hugh Casson, Rosemary Varcoe; Consuelo Rubio, Richard Lewis, D.Holman, Heinz Blankenburg

Septembre, Paris, ORTF
La Poupée (Edmond Audran)
Huguette Hennetier, Joseph Peyron, Robert Massard, Michel Hamel, Gabrielle Ristori, Duvaleix, René Lenoty, Jacques Pruvost, Pierre Roi, Marcel Génio

2 octobre, Paris, Théâtre des Champs-Elysées
LE ROI D’YVETOT (Ibert), (le Cabaretier Maigre) en concert
Manuel Rosenthal
Jacqueline Brumaire, Denise Scharley, Louis Musy, Louis Rialland

24 décembre, Lyon, Opéra
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro)

Saison 58/59
Nice, Opéra
LES PÊCHEURS DE PERLES (Bizet), (Zurga) 
LA BOHÈME (Puccini), (Marcello) 
FAUST (Gounod), (Valentin) 

1958, 
LA POUPÉE (Audran), (Révérend Père Maximin) 
Orch et Choeurs de l’ORTF, Marcel Cariven
Huguette Hennetier, Joseph Peyron, Duvaleix, René Lenoty, Genio, Gabrielle Ristori

1959 
Paris, RTF
LE COMTE ORY (Rossini), (Raimbaud) en concert
Désiré-Emile Inghelbrecht; 
Françoise Ogéas, Micheline Grancher, Simone Codinas, Solange Michel, Michel Sénéchal, André Vessières

17 avril (2), Paris, Palais Garnier
LOHENGRIN (Wagner), (Herruffer) 
Hans Knappertsbusch, Lapissida, Amable, Carpezat, Lavastre; Sandor Konya, René Bianco, Otto von Rohr, Régine Crespin, Rita Gorr

11 juin, Turin, RAI
LE COMTE ORY (Rossini), (Raimbaud) en concert
Vittorio Gui; Jeannette et Monica Sinclair, Cora Canne-Meijer, Michel Sénéchal, Raffaele Ariè

21 et 28 juin, Paris, Palais Garnier
LES INDES GALANTES (Rameau), (Huascar) 
Robert Blot/Louis Fourestier (28 juin), Maurice Lehmann, Carzou; Berthe Monmart, Georges Noré/Guy Chauvet (28 juin), Denise Scharley, Léna Pastor, Georges Vaillant, Jeanne Ségala, Louis Rialland, Michel Cadiou, Louis Noguéra, Denise Duval, Martha Angélici/Mady Mesplé (28 juin), Roger Gardes, Jean-Pierre Laffage

1er août, Orange, Théâtre Antique
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Louis Fourestier et l’Opéra de Paris
Albert Lance, Georges Vaillant, Jean-Pierre Hurteau, Jacqueline Brumaire, Georgette Spanellys, Solange Michel

16 août, Paris, Salle Favart
LA BOHEME (Puccini), (Marcello) Georges Prêtre
Tony Poncet, Jacques Doucet, Jacques Mars, Agnès Léger, Christiane Castelli

27 août, Paris, RTF
THAIS (Massenet), (Athanaël) en concert
Albert Wolf
Andrée Esposito, Solange Michel Jean Mollien, Lucien Lovano

Paris, Palais Garnier
LUCIA DI LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 

10 novembre, Paris, Palais Garnier
CARMEN (Bizet), (Escamillo) entrée au répertoire; en présence du général De Gaulle
Roberto Benzi, Raymond Rouleau, Lila de Nobili
Jane Rhodes, Andréa Guiot, Georgette Spanellys, Jane Berbié, Albert Lance, Jean-Christophe Benoît, José Faggianelli

1960 
Paris, Salle Favart
LES PÊCHEURS DE PERLES (Bizet), (Zurga) 
Jésus Etcheverry; Paulette Chalanda, André Mallabréra, Jean-Pierre Hurteau

21 avril, Paris, Salle Favart
LA BOHÈME (Puccini), (Marcello) 
Albert Wolff; Robert Gouttebroze, Louis Noguéra, Gérard Serkoyan, Katia Popova, Agnès Léger

25 et 30 avril, 7 mai, 16 juillet, Paris, Palais Garnier
LUCIA DI LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 
Pierre Dervaux, Franco Zeffirelli
Joan Sutherland/Mady Mesplé (16 juillet), Elise Kahn, Alain Vanzo, Joseph Rouleau/Jacques Mars (7 mai)/Gérard Serkoyan (16 juillet), Guy Chauvet

21 mai, 24 juin, 1er octobre, Paris, Palais Garnier
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Louis Fourestier, Raymond Rouleau, Lila de Nobili
Denise Scharley/Jane Rhodes (24 juin)/Elise Kahn (1er octobre), Martha Angélici/Andréa Guiot (24 juin, 1er octobre), Caroline Dumas/Georgette Spanellys, Jacqueline Broudeur/Jane Berbié, Marcel Huylbrock/Mario del Monaco (24 juin)/Paul Finel (1er octobre), Jacques Mars, Pierre Germain, Jean-Christophe Benoît

8 juillet (2), Lyon, Arène de Fourvière
LA VESTALE (Spontini) Edmond Carrière, Louis Erlo
Régine Crespin, de Pennafort, Giuseppe Savio, Xavier Depraz

31 juillet, Orange, Théâtre Antique
HÉRODIADE (Massenet), (Hérode) 
Pierre Dervaux et les Choeurs et Orchestre Colonne
Suzanne Sarroca, Rita Gorr, Jacqueline Broudeur, Gustave Botiaux, Pierre Savignol, Gérald Etienne, Jacques Mars, Georges Liccioni

31 août, Paris, Salle Favart
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Pierre Cruchon; Liliane Berton, Michel Cadiou, Xavier Depraz, Charles Clavensy

1961 
SAPHO (Gounod) 
ORTF
Pierre-Michel LeComte. 
Genevieve Moizan, Jean Mollien, Solange Michel

Strasbourg, Opéra
LE COMTE ORY (Rossini), (Raimbaud) 
Pierre Stoll, Michel Crochot, François Ganeau; Renée Doria, Adrienne Miglietti, N. Pusar, Michel Sénéchal, Xavier Depraz

17 février, 17 novembre (6), Paris, Palais Garnier
LES TROYENS (Berlioz), (Chorèbe) 
Pierre Dervaux, Margherita Wallmann, Piero Zuffi; Régine Crespin, Geneviève Serres, Guy Chauvet, Rémy Corazza, Georges Vaillant, Louis Rialland, Pierre Savignol, Gérard Serkoyan, José van Dam (novembre)

29 mars, Paris, Salle Favart
WERTHER (Massenet), (Albert) 
Georges Prêtre, Albert Carré,Lucien Jusseaume
Albert Lance, Jacques Mars, Rita Gorr, Liliane Berton

16, 19, 24 juin, Paris, Palais Garnier
LUCIA DI LAMMERMMOR (Donizetti), (Ashton) 
Pierre Dervaux, Franco Zeffirelli
Joan Sutherland, Alain Vanzo, Gérard Serkoyan

16, 23, 29 juillet, Aix-en-Provence, Théâtre de l’Archevêché
L’INCORONAZIONE DI POPPEA (Monteverdi), (Nerone) (NP) 
Bruno Bartoletti, Michel Crochot, Suzanne Lalique; Jane Rhodes, Teresa Berganza, Carol Smith, Mariella Adani, Jane Berbié, Rolando Panerai, Giorgio Tadeo, Michel Hamel

Edimbourg, King’s Theatre
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
Georg Solti
Rita Gorr, André Turp, Louis Quilico

14 septembre (5), Londres, Covent-Garden
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
Georg Solti/Brian Balkwill, Goran Gentele, C. Toms; 
Rita Gorr, Margreta Elkins, André Turp, Louis Quilico/Robert Savoie

31 décembre, Paris, Salle Favart
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Pierre Cruchon
Christiane Eda-Pierre, Michel Sénéchal, Pierre Savignol, Charles Clavensy

1962 
Strasbourg, Opéra
PETER GRIMES (Britten), (Balstrode) en français
Frédéric Adam, Roger Lalande
Marcel Huylbrock, Hélia T’Hézan, M. von Ilosay, Huguette Boulangeot, Eliane Varon, Geneviève Baudoz, Roger Hiéronimus, Christian Wolf, Joseph Peyron, Michel Hamel, René Terrasson

février, Paris, Palais Garnier
FAUST (Gounod), (Valentin) 
van Dam (Wagner) 

20 mars 1962, Rober Massard est promu Chevalier des Arts et Lettres. 

7, 13 et 15 avril, Marseille, Opéra
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Jean Trik, Pierre Héral, Douking, Aristide Boyer
Irène Jaumillot, Colette Gérardin, Mathilde Siderer, Gustave Botiaux, Pierre Savignol, Georges Borrot

27 avril, Paris, Palais Garnier
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Louis Fourestier, Raymond Rouleau, Lila de Nobili
Geneviève Serres, Nadine Sautereau, Albert Lance, Michel Forel, Pierre Germain

Mai, Paris, Salle Favart
MIREILLE (Gounod), (Ourrias) 
José van Dam (le Passeur) 

Mai, Versailles, Théâtre Gabriel
L’INCORONAZIONE DI POPPEA (Monteverdi), (Nerone) 
Bruno Bartoletti, Michel Crochot, Suzanne Lalique; Marie-Luce Bellary
Teresa Berganza, Christiane Gayraud, Giorgio Tadeo, José van Dam

19 juin, Florence, Jardins Boboli, XXVe Maggio Musicale Fiorentino
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
Pierre Dervaux, Michel Crochot, François Ganeau; 
Rita Gorr, William Mc Alpine, Louis Quilico, Giuliana Matteini

24, 29 juilletAix-en-Provence, Théâtre de l’Archevêché
LES MALHEURS D’ORPHÉE (Milhaud), (Orphée) diffusion Radio France III
Pierre Dervaux, Michel Crochot, Jean-Denis Malclès
Denise Duval, Monique Linval, Georgette Spanellys, Jane Berbié, Michel Hamel, Frank Schooten, Michel Lecoq, Jean-Christophe Benoît

28 juillet, Orange, Théâtre Antique CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Louis Fourestier et l’Opéra de Paris
Grace Bumbry, Andréa Guiot, Georgette Spanellys, Jacqueline Broudeur, Albert Lance, Jacques Mars, Jean-Christophe Benoît, Raphaël Romagnoni, Pierre Germain

10 novembre, Marseille, Opéra
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) NP
? / Georges Wakhevitch
Hélia T’Hézan, Georges Liccioni

1963 
Paris, Palais Garnier
ROMÉO ET JULIETTE (Gounod),(Mercutio)
Louis Fourestier; Paul Finel/Albert Lance, Pierre Savignol/Gérard Serkoyan, Georges Vaillant/José Faggianelli, Jean Barrès, Andrée Esposito, Georgette Spanellys/Jacqueline Broudeur

mars, Paris, Palais Garnier
BORIS GODOUNOV (Moussorgsky), (Rangoni?) 
José van Dam (l’Exempt) 

Paris, Palais Garnier RIGOLETTO (Verdi), (Rigoletto) Mady Mesplé, Francine Arrauzau, Tony Poncet, Gérard Serkoyan, Jean-Pierre Hurteau, Claude Calès

Paris, Salle Favart
LA BOHÈME (Puccini), (Marcello) 
Suzanne Sarroca, Christiane Castelli, Alain Vanzo, Charles Clavensy, Julien Giovannetti

9 mars, 28 avril, Paris, Palais Garnier
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Louis Fourestier, Raymond Rouleau, Lila de Nobili; Francine Arrauzau/Edith Jacques (28 avril), Paul Finel, Irène Jaumillot/Andréa Guiot (28 avril), Raymond Steffner, Claude Genty

4 avril, Kiev IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 

7 avril, Kiev
FAUST (Gounod), (Valentin) 

11 avril, Leningrad
RIGOLETTO (Verdi), (Rigoletto) 

14 avril, Leningrad
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 

18 avril, Moscou, Bolchoï
RIGOLETTO (Verdi), (Rigoletto) 

7 avril (date de la diffusion), Paris, Radio France III
LUCIE DE LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 
Robert Benedetti; 
Mady Mesplé, Elise Kahn, Alain Vanzo, Jacques Mars, Joseph Peyron

12, 16, 21 et 25 octobre, Chicago, Lyric Opera
FAUST (Gounod), (Valentin) NP
Pierre Dervaux, Robert Gilles, Franco Bray
Guy Chauvet, Nicola Ghiaurov, Bernard Izzo, Andréa Guiot, Anna- Maria Rota

10 décembre, New-York, Carnegie Hall
HÉRODIADE (Massenet), (Hérode) en concert
Alain Lombard; Guy Chauvet, Patterson, Allan Cathcart, Pyle, Leo Goeke, Régine Crespin, Rita Gorr

1964 
février, Paris, Palais Garnier
FAUST (Gounod), (Valentin) 
José van Dam (Wagner) 

2 et 8 février, Paris, Palais Garnier
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Louis Fourestier, Raymond Rouleau, Lila de Nobili
Regina Resnik, Andréa Guiot, Albert Lance

17, 20, 23, 28, 31 mars, Paris, Salle Favart
DIALOGUES DES CARMELITES (Poulenc) 
Georges Sébastian, Henri Doublier, Suzanne Lalique
Denise Duval, Denise Scharley, Berthe Monmart, Liliane Berton, Geneviève Macaux, André Turp, Xavier Depraz, Louis Rialland, Raphaël Romagnoni, Yves Bisson, José van Dam (un médecin) 

24 mars, Paris, Salle Favart
WERTHER (Massenet), (Albert) 
Jésus Etcheverry; Rita Gorr, Mireille Martin, André Turp, Julien Giovannetti

4 avril, Paris, Salle Favart
MIREILLE (Gounod), (Ourrias) 
Albert Wolff; Andréa Guiot, Isabelle Andréani, Alain Vanzo, Pierre Savignol

22 mai (date de la diffusion), Paris, France-Culture
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca)
Pierre-Michel Le Conte
Rémy Corazza, Andrée Esposito, Georgette Spanellys

29 mai (5), Buenos Aires, Teatro Colon (débuts locaux) 
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
Georges Sébastian, Louis Erlo, Jean Janoir
Régine Crespin, Guy Chauvet, Victor de Narké

5 juillet, Orange, Théâtre Antique
MIREILLE (Gounod), (Ourrias) 
Paul Ethuin
Andréa Guiot, Denise Scharley, Nicole Jolival, Adeline Roux, Alain Vanzo, Adrien Legros, Raymond Armond, Adrien Sénéquier, Charles Burles

19 juillet, Aix-en-Provence, Cathédrale Saint-Sauveur
L’ENFANCE DU CHRIST (Berlioz), (Hérode) 
Jacques Houtmann; Patricia Johnson, Michel Sénéchal, Frido Meyer-Wolff

23, 28 juillet, Aix-en-Provence, Théâtre de l’Archevêché
L’INCORONAZIONE DI POPPEA (Monteverdi), (Nerone) 
Gianfranco Rivoli, Michel Crochot, Suzanne Lalique
Jane Rhodes, Teresa Berganza, Oralia Dominguez, Florence Raynal, Michèle Herbé, Giorgio Tadeo, Frido Meyer-Wolff

23, 26, 29, 31 octobre; 4 novembre, Chicago, Lyric Opera
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Pierre Dervaux, Marcel Lamy, Piero Zuffi
Franco Corelli, Renato Cesari, Morely Meredith, Grace Bumbry, Nicoletta Panni/Irma Gonzales (23 octobre) 

1965 
Genève, Grand Théâtre
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) 
Jésus Etcheverry, Jean-Jacques Etcheverry
Maria Murano, Michel Sénéchal, Charles Clavensy, Jacques Loreau

Janvier, Paris, Palais Garnier
FAUST (Gounod), (Valentin) 
José van Dam (Wagner) 

janvier, Paris, Salle Favart
WERTHER (Massenet), (Albert) 
Jésus Etcheverry; André Turp, Julien Giovannetti, Rita Gorr, Liliane Berton

9 février, Paris, Salle Favart
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Jean-Claude Hartemann
Liliane Berton, Gérard Dunan, Jean-Pierre Hurteau, Charles Clavensy

27 février, Paris, Palais Garnier
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) 
Manuel Rosenthal
Jane Berbié, Michel Sénéchal, Charles Clavensy, Raphaël Romagnoni

21 mars, Paris, Salle Favart
LA BOHÈME (Puccini), (Marcello) 
Jésus Etcheverry
Eugenio Fernandi, Jacques Linsolas, Gérard Serkoyan, Christiane Castelli, Christiane Harbell

21, 26, 29 décembre, Barcelone, Teatro del Liceo
LE CARROSSE DU SAINT-SACREMENT (Busser), (le Vice-Roi) création en Espagne
Jésus Etcheverry, Gabriel Couret, Elisabeth de Clausade; Michèle Herbé, Gabriel Couret, Louis Maurin, Gérard Dunan, Emiliano Rodriguez
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) création au Liceo
Jésus Etcheverry, Gabriel Couret, Roland Manuel; Géori Boué, Gérard Dunan, Gabriel Couret, Louis Maurin

1965-66
Londres, Covent-Garden (6) 
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
John Pritchard; 
Joséphine Veasey/Hélia T’Hézan, Jean Bonhomme

20 septembre, Paris, Palais Garnier
LUCIA DI LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 
Antonio de Almeida
Mady Mesplé, Alain Vanzo, Gérard Serkoyan

26 septembre, Paris, Palais Garnier
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Pierre Dervaux, Raymond Rouleau, Lila de Nobili
Maria d’Apparecida, Monique de Pondeau, Paul Finel, Robert Geay, Claude Calès

15 octobre (3), Paris, Palais Garnier
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
Georges Sébastian, Louis Erlo, Jean Janoir
Régine Crespin, Guy Chauvet, Julien Haas, Jane Berbié/Francine Arrauzau (le 24)

26 novembre (2), Lyon, Opéra
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
Georges Sébastian, Louis Erlo, Jean Janoir
Guy Chauvet, Régine Crespin

1966 
Lyon, Opéra
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) 
Cora Canne-Meijer, Michel Sénéchal, Victor Autran, François Garcia
7 mars, Londres, Covent-Garden
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
John Pritchard, Goran Gentele, C. Toms
Joséphine Veasey/Hélia T’Hézan, Jean Bonhomme, Walter Alberti, Margreta Elkins

Mai, Buenos-Aires
MAROUF, SAVETIER DU CAIRE
Jean Fournet
Robert Massard, Florence Raynal, Adriana Cantelli, Victor De Narké, Rolf Telasko, Guy Gallardo, Nino Falzetti, Orazio (Horacio) Mastrango, Eduardo Ferracani, Tulio Gagliardo, José Nait, Per Drewsen

15 décembre (6), Londres, Covent-Garden
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
John Pritchard, John Dexter, Béni Montrésor; Elisabeth Vaughan, Yvonne Minton, Nicolai Gedda, Napoléon Bisson, David Ward

Paris, Maison de l’ORTF, Théâtre 102
PREMIER PALMARES DE BEL CANTO, émission de Guy Lux
avec Géori Boué, Mady Mesplé, Georges Liccioni, Xavier Depraz

1967 
13 et 15 janvier, Lyon, Opéra
LUCIA DI LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 
Mady Mesplé, Alain Vanzo

21 et 22 janvier, Lyon, Opéra
LA BOHÈME (Pucini), (Marcello) 
Rina Cornélissens, Alain Vanzo

26 et 29 janvier, Avignon, Opéra
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Mady Mesplé, Michel Sénéchal

13 février (6), Milan, Teatro alla Scala
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Georges Prêtre, Jean-Louis Barrault, Jacques Dupont
Mirella Freni, Nicolai Ghiaurov/Wladimiro Ganzarolli/Raffaele Ariè, Gianni Raimondi/Ettore Babini, Luigi Alva

30 mars, Avignon, Opéra
LA TRAVIATA (Verdi), (Germont) 
Jacqueline Silvy, Alain Vanzo

8 et 9 avril, Marseille, Opéra
MIREILLE (Gounod), (Ourrias) 
Jean Trik; Andréa Guiot/Carla Rutili (le 9), Edith Jacques, Danièle Perriers, Aldo Filistad, Adrien Legros, Louis Maurin, Jean-Pierre Chevalier

21, 26, 30 juin; 29 septembre; 4, 8, 14 octobre, Paris, Palais Garnier
DON CARLOS (Verdi), (Posa) 
Georges Sébastian, Margherita Wallmann, Jacques Dupont
Renato Cioni/Georges Liccioni, Nicolai Ghiaurov/Boris Christoff, Jacques Mars, Pierre Thau, Denise Monteil/Suzanne Sarroca/Christiane Castelli, Lyne Dourian/Jane Rhodes

Juillet-Août, Nice, Arènes de Cimiez
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Lyne Dourian, Andréa Guiot, Albert Lance

3 et 5 novembre, Lyon, Opéra
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Régina Sarfaty, Albert Lance

14 décembre, Rome, RAI en concert
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Georges Prêtre
Shirley Verrett, Isabel Garcisanz, Nadine Sautereau, Jacqueline Broudeur, Albert Lance, Bernard Demigny, Michel Hamel, Anton Diakov, Claude Genty

1968 
Londres, Covent-Garden (8) 
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Charles Mackerras
Joséphine Veasey/Joyce Blackham, Juan Bonhomme, Joan Carlyle

1er mars, Toulouse, Théâtre du Capitole
LES PÊCHEURS DE PERLES (Bizet), (Zurga) 
Caroline Dumas, Jean Dupouy

28 mars (4), Naples, Teatro di San Carlo
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Serge Baudo, Raymond Vogel, Lorenzo Ghiglia
Grace Bumbry, Anne-Marie Blanzat, Guy Chauvet

13 juillet, 18 août, Vichy, Théâtre du Casino
MIREILLE (Gounod), (Ourrias) 
Louis de Froment/Michel Fournier (18 août), Gérard Boireau, Maurice Boucard
Monique de Pondeau, Michèle Vilma, Danièle Perriers, Pierrette Delange, Albert Voli, Félix Giband, Jean Angot

1968-69 Londres, Covent-Garden (8?) 
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Atherton
Viorica Cortez, Heather Harper/E. Robinson, James King/Jean Bonhomme

9 et 23 septembre, Paris, Palais Garnier
LUCIA DI LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 
Jacques Beaudry
Mady Mesplé/Christiane Eda-Pierre (le 23), Alain Vanzo, Jacques Mars/Gérard Serkoyan (le 23) 

11 octobre, Paris, Palais Garnier
TANNHAUSER (Wagner), (Wolfram) prise de rôle
Peter Maag; Ernst Kozub

27 octobre, Paris, Palais Garnier
DON CARLOS (Verdi), (Posa) 
Carlo-Felice Cillario
Alain Vanzo, Nicolai Ghiuselev, Jacques Mars, Pierre Thau, Gré Brouwenstijn, Lyne Dourian

27 novembre (8), Londres, Covent-Garden
MANON LESCAUT (Puccini), (Lescaut) NP
Istvan Kertesz, Anderson
Marie Collier, Robert Ilosfalvy

7 décembre, Paris, Palais Garnier
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Jean Brazzi, Jacques Mars, Andréa Guiot

1969 
8 janvier, Paris, Palais Garnier
LUCIA DI LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 
Pierre Dervaux; Mady Mesplé, Bernardino Trotta, Gérard Serkoyan

6 février, Lille, Opéra
LA TRAVIATA (Verdi), (Germont) 
Monique de Pondeau, Giuseppe Todaro

28 mars (6), Londres, Covent-Garden
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
John Pritchard, John Dexter, Béni Montrésor; Elizabeth Vaughan/Reakes, Yvonne Minton, Nicolai Gedda, Michaël Rippon, Joseph Rouleau/David Ward, Jon Lanigan

11 et 13 avril, Nantes, Théâtre Graslin
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) 
Lajos Soltesz, Jean Darnel, Roger Harth; Isabel Garcisanz, Michel Roux, Michel Lecocq, Raymond Amade

19, 20, 25 avril, Lyon, Opéra
LA BOHEME (Puccini), (Marcello) 
Jacqueline Brumaire, Alain Vanzo/Peyo Garazzi, Adrien Legros

9, 11, 13 mai, Toulouse, Théâtre du Capitole
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
Michel Plasson, Gabriel Couret, Claude Perrier; Andréa Guiot, Yvonne Dalou, Alain Vanzo, Jean Dupouy, Félix Giband, Victor Autran

7 juin 1969, Vatican
« In terra pax » avec N. Gedda sous le direction de G. Prêtre devant le pape Paul VI. 

11 juin, Paris, Palais Garnier
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Paul Ethuin
Christiane Eda-Pierre, André Mallabréra, Roger Soyer, Charles Clavensy

20 et 26 juillet, Vichy, Théâtre du Casino (20), Orange, Théâtre Antique (26) 
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Louis de Froment, Gérard Boireau, Aimé Ciccalini; Alain Vanzo, Jacques Mars, Georges Chevalier (20)/Adrien Sénéquier, Andréa Guiot, Danièle Perriers, Agnès Disney

21, 23, 27 novembre, Marseille, Opéra
DON CARLOS (Verdi), (Posa) 
Jean Trik, Pierre Médecin, Jean Blancon, Georges Wakhevitch; Suzanne Sarroca, Michèle Vilma, Carlo Cossuta, Nicolai Ghiuselev, Dimiter Petkov

11 décembre, Rome, RAI en concert
LES TROYENS (Berlioz), (Chorèbe) 
Georges Prêtre
Shirley Verrett, Marylin Horne, Nicolai Gedda, Veriano Luchetti, Plinio Clabassi

13, 18, 21 décembre, Barcelone, Gran Teatro del Liceo
LA TRAVIATA (Verdi), (Germont) Carlo-Felice Cillario,Giuseppe Giuliano, G. Migliori
Clarice Carlson/Montserrat Caballé, André Turp, Didac Monjo

1970
8 janvier (7?), Milan, Teatro alla Scala
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Georges Prêtre, Vasclav Kaslik, Nicola Benois
Pier Miranda-Ferraro/Richard Cassily, Nicola Zaccaria/Leonardo Monreale, Shirley Verrett/Bizerka Cvejic

16 janvier (date de la diffusion), Paris, ORTF (Gala Napoléon) 
LA MORT DE L’EMPEREUR (Ferrier-Jourdain) Pierre Dervaux; Pierre Thau, Jean Mollien, Jacqueline de Montzey, Henri Doublier

1, 3, 6, 8 février, Monte-Carlo, Salle Garnier (1 et 3), Marseille, Opéra (6 et 8) 
LUCIA DI LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 
Reynald Giovaninetti, Margherita Wallmann, Nicola Benois, Giovanni Migliori
Renata Scotto, Alain Vanzo, Joseph Rouleau, Francis Dresse

15 février, 14 juillet, Paris, Palais Garnier
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Paul Ethuin/Pierre Dervaux (14 juillet); Francine Arrauzau/Jane Rhodes (14 juillet), Christiane Stutzmann/Colette Herzog (14 juillet), Maurice Maiewsky/Albert Lance (14 juillet), Robert Geay, Claude Genty, José Faggianelli, Raymond Steffner

27 février, Paris, Palais Garnier
RIGOLETTO (Verdi), (Rigoletto) NP
Alberto Erede, Michel Crochot
Christiane Eda-Pierre, Francine Arrauzau, Georges Liccioni, Félix Giband

10 et 12 avril, Toulouse, Théâtre du Capitole
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
Alain Vanzo, Andréa Guiot

2 mai, Paris, Salle Favart
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Jean-Pierre Jacquillat
Michèle Claverie, Charles Burles, Xavier Depraz, Georges Daum

17 mai (3), Lisbonne, Fondation Gulbenkian
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
Régine Crespin, Nadine Denize

30 mai, Paris, Palais Garnier
LUCIA DI LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 
Paul Ethuin
Christiane Eda-Pierre, Alain Vanzo, Gérard Serkoyan

18 juillet, Orange, Théâtre Antique
MIREILLE (Gounod), (Ourrias) 
Louis de Froment
Monique de Pondeau, Denise Scharley, Danièle Perriers, Janine Gras, Alain Vanzo, Jacques Mars, Pierre Filippi, Jean-Louis Elie, Jean-Pierre Chevalier

24 septembre, Paris, ORTF (en concert) 
ANDREA CHENIER (Giordano), (Carlo Gérard) Georges Sébastian; Alain Vanzo, Michèle Le Bris

19 novembre, Lille, Opéra LES PÊCHEURS DE PERLES (Bizet), (Zurga) 
Andrée Esposito, Rémy Corazza

18, 20 décembre, Rouen, Théâtre des Arts
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Danièle Perriers, Jean-Pierre Chevalier, Louis Noguéra, Jules Bastin

26 et 30 décembre, 3 janvier, Naples, Teatro di San Carlo
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Georges Prêtre, Attilio Colonnello, R. Monaco
Viorica Cortez, Mario Del Monaco/Pier Miranda-Ferraro, Franco Ventriglia

1971 
Buenos-Aires, Teatro Colon
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Gianandrea Gavazzeni, Nathaniel Merrill, Gunther Schneider-Siemssen
Nicolai Gedda, Nicolai Ghiaurov, Heather Harper

19 janvier, Paris, ORTF en concert
PADMAVATI (Roussel), (Alaouddin) Georges Tzipine
Rita Gorr, Jocelyne Taillon, Eric Tappy, Michel Sénéchal, Bernard Demigny

24 janvier, Saint-Etienne
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Viorica Cortez, Albert Lance, Caroline Dumas

28 janvier, Lille, Opéra
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Françoise Garner, Charles Burles, Jacques Mars
18 et 20 février, Lisbonne, Teatro di Sao Carlos
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) 
Reynald Giovaninetti, Gaston Benhaïm, Alfredo Furiga; Danielle Millet, Albert Voli, Alvaro Malta, José Denisty

19, 20, 21 mars, Marseille, Opéra
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Georges Sébastian, Louis Ducreux, Bernard Buffet; Francine Arrauzau/Regina Sarfaty (le 20), Gilbert Py/Jean Brazzi (le 20), Carla Rutili, Louis Rialland, Raphaël Romagnoni, Etienne Bernard, Michel Hubert

22 septembre, Paris, Salle Favart
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) Jésus Etcheverry
Mady Mesplé, Charles Burles, Jacques Mars, Jean-Christophe Benoît

1er et 2 décembre, Paris, Palais Garnier
IL BARBIERE DI SIVIGLIA (Rossini), (Figaro) 
Gianfranco Rivoli, Maurice Sarrazin, Jean-Denis Malclès
Eduardo Jimenez/Ryland Davies (le 2), Jane Berbié/Mady Mesplé (le 2), José van Dam, Frangiskos Voutsinos

1971/72 
Nice, Opéra
LA TRAVIATA (Verdi), (Germont) 
Eliane Manchet, Charles Burles

1972 
Londres, Royal Albert Hall en concert
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
Colin Davis; Christiane Eda-Pierre, Jane Berbié, Nicolai Gedda, Jules Bastin, Roger Soyer

Paris, Palais Garnier
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) 
Elio Boncompagni, Jacques Rapp
Jane Berbié, Michel Sénéchal, Michel Roux, Jacques Loreau

14 février (5), Rome, Teatro dell’Opera
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Georges Prêtre, Jean-Louis Barrault, Jacques Dupont
Mirella Freni, Nicolai Gedda, Nicolai Ghiaurov, Salvatore Fisichella

BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
Jean Fournet, Paul-Emile Deiber, Jacques Dupont
Andréa Guiot, Alain Vanzo, José van Dam, Félix Giband

1973 
Paris, Radio-France en concert
MACBETH (Verdi), (Macbeth) Bruno Amaducci
Robert Massard, André Turp, Pierre Thau, Michèle Le Bris

6, 8, 11, 14 et 21 avril, Marseille, Opéra
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Balducci) 
Jacques Bazire, Gabriel Couret, Claude Perrier
Andrée Esposito, Antoinette Rossi, Alain Vanzo, Pierre Thau, Gérard Serkoyan

Juillet, Paris, ORTF en concert
SIGURD (Reyer), (Gunther) Manuel Rosenthal
Andréa Guiot, Andrée Esposito, Denise Scharley, Guy Chauvet, Ernest Blanc

10 septembre, Paris, Radio-France en concert
LE ROI D’YS (Lalo), (Karnac) 
Pierre Dervaux; Andréa Guiot, Jane Rhodes, Alain Vanzo, Jules Bastin, Pierre Thau, Michel Llado

13 novembre, Londres, Covent-Garden
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) John-Eliot Gardiner, Goran Gentele, C. Toms
Sena Jurinac, Jean Bonhomme, Robert Bickerstaff, Gillian Knight

15 décembre, Paris, ORTF en concert
LE JONGLEUR DE NOTRE-DAME (Massenet), (Boniface) Pierre Dervaux
Alain Vanzo, Jules Bastin, Jean Dupouy, Claude Méloni, Yves Bisson, Pierre Thau

1974 
16, 19, 24, 29 janvier; 1, 6, 9 février; 6, 11, 13, 17, 21 juin, Paris, Palais Garnier
DON QUICHOTTE (Massenet), (Sancho Pança) Georges Prêtre, Peter Ustinov
Viorica Cortez, Nicolai Ghiaurov/Joseph Rouleau (1, 6 février; 6, 11, 13 juin), Renée Auphan, Anna Ringart, Michel Sénéchal, Robert Dumé

22, 24, 27, 30 mars, Marseille, Opéra
I PURITANI (Bellini), (Riccardo) 
Gianfranco Rivoli, Tito Serebrinsky, Pasquale Grossi
Christiane Eda-Pierre, Martine Dupuy, Alfredo Kraus, Pierre Thau

2, 3, 6, 9, 13, 16 juillet, Paris, Palais Garnier création à Garnier
MANON (Massenet), (Lescaut) NP
Serge Baudo, Jean-Louis Thamin
Ileana Cotrubas, Eliane Lublin, Renée Auphan, Anna Ringart, Alain Vanzo, Claude Méloni, Michel Roux

Paris, ORTF en concert
MOISE ET PHARAON (Rossini), (Pharaon) 
John Matheson
Michèle Le Bris, Joyce Blackham/Saneva, Janine Capderou, Joseph Rouleau, Adrian De Peyer, Michel Sénéchal

23 juillet, Orange, Théâtre Antique en concert MOSE’ (Rossini), (Faraone) Bruno Bartoletti, les Choeurs et Orchestre du Teatro Regio de Turin; Boris Christoff, Angelo Mori, Gianfranco Casarini, Giampaolo Corradi, Piero de Palma, Christiane Eda-Pierre, Margreta Elkins, Gabriella Carturan

17, 19, 22, 24, 26 septembre, Genève, Grand-Théâtre
LES TROYENS (Berlioz), (Chorèbe) 
John Nelson, Jean-Claude Riber, Josef Svoboda
Gisela Schröter, Evelyn Lear, Guy Chauvet, Anne-Marie Blanzat, Michèle Vilma, Jules Bastin, John Macurdy

25, 27, 31 octobre, 2 novembre, Marseille, Opéra
FAUST (Gounod), (Valentin)
Reynald Giovaninetti, Jacques Karpo, Daniel Louradour
Alain Vanzo, Jacques Mars, Christian Poulizac, Jeannette Pilou/Andrée Esposito (2 novembre), Berthe Monmart, Martine Dupuy

14 novembre 1974, ORTF, Amadis de Gaule (Jean-Baptiste Lully)
Bruno Amaducci
Jacques Villisech, Odile Pietti, Michel Sénéchal, Eliane Manchet, Christiane Eda-Pierre, Andrea Guiot, Jules Bastin, Jean-Louis Soumagnas, Christiane Issastel

Saison 74/75
Nice, Opéra
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Christiane Stutzmann, Jaime Aragall, Nicolai Ghiuselev

1975 
15 et 23 janvier, Paris, Palais Garnier
MANON (Massenet), (Lescaut) 
Serge Baudo, Jean-Louis Thamin, Mathias; Jeannette Pilou, Eliane Lublin, Renée Auphan, Anna Ringart, Jean Dupouy, Jean-Louis Soumagnas, Michel Sénéchal, Jacques Bona, Michel Roux

17, 22, 25 février; 1, 6 et 11 mars, Paris, Palais Garnier
DON CARLO (Verdi), (Posa) 
Georges Prêtre, Margherita Walllmann, Jacques Dupont
Suzanne Sarroca/Katia Ricciarelli (à partir du 25 février), Fiorenza Cossotto, Christiane Eda-Pierre/Monique Delassus (22 février), Veriano Luchetti, Nicolai Ghiaurov, Jules Bastin, Fernand Dumont, Michel Sénéchal, Jean Dupouy

21 et 23 mars, Lisbonne, Sao Carlos
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Nino Verchi, Aldo Masella, Alfredo Furiga
Viorica Cortez, Guy Chauvet, Alvaro Malta, Joao Veloso

3, 11, 14, 17 juin, Paris, Palais Garnier
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Michel Plasson, Jorge Lavelli, Max Bignens
Nicolai Gedda, Nicolai Ghiaurov, Jean-Louis Soumagnas, Mirella Freni, Renée Auphan, Jocelyne Taillon

Strasbourg (37e Festival) retransmission TV
DON CARLOS (Verdi), (Posa) 
Alain Lombard, Nathaniel Merrill
Ermanno Mauro, Paul Plishka, John Macurdy, Joyce Barker, Mignon Dunn

13 juillet 1975, Robert Massard est fait Chevalier de la Légion d’Honneur. 

22, 25, 27, 31 octobre; 3, 6, 12, 15, 18, 21, 24 novembre, Paris, Palais Garnier retransmission France-Musique: 15 novembre
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Georges Prêtre, Piero Faggioni, Jacques Dupont
Fiorenza Cossotto, Guy Chauvet, Jules Bastin, Joseph Rouleau

10, 12, 14 décembre, Avignon, Opéra
LA TRAVIATA (Verdi), (Germont) 
Yvon Leenart, Georges Nori, Aimé Ciccalini
Andrée Esposito, José Razador

1976 
LE DOCTEUR MIRACLE (Bizet), (le Père) 
Bruno Amaducci
Cristiane Eda-Pierre, Robert Massard, Remy Corazza, Lyliane Guitton, Catherine Salviat, Rene Camion, Claire Viret, Alain Pralon. 

2, 6, 11, 14, 17 février, Londres, Covent-Garden
2, 5, 10, 13 mars, Milan, Teatro alla Scala par le Covent-Garden
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
Colin Davis/M. Sillen (février), John Copley, Beni Montrésor
Elizabeth Harwood, Ann Howells, Nicolai Gedda, Jules Bastin, David Ward, Robert Lloyd, Michel Trempont

26, 28, 30 mars; 4 avril, Bordeaux, Grand-Théâtre
L’HEURE ESPAGNOLE (Ravel), (Ramiro) 
Yvon Leenart
Jean Giraudeau, Jane Rhodes, Michel Sénéchal

29 avril, Paris, Auditorium de Radio-France en concert
ALCESTE (Glück) 
André Jouve
Joséphine Veasey, Alain Vanzo

30 juin ?, Paris, Radio-France en concert
LE COMTE ORY (Rossini), (Raimbaud) 
Jean-Pierre Marty
Michel Sénéchal, Jacques Mars, Mady Mesplé, Lyliane Guitton, Martine Dupuy, Christiane Château

9 octobre, Saint-Etienne
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Richard Blareau, Gabriel Couret
Michèle Vilma, Maurice Maiewsky, Jean Lainé, Ivan Saur

22, 25, 28 octobre; 1 et 4 novembre, Paris, Palais Garnier
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Georges Prêtre, Piero Faggioni, Jacques Dupont
Francine Arrauzau, Gilbert Py, Jules Bastin, John Macurdy

1er décembre, Paris, Radio-France en concert
LES HUGUENOTS (Meyerbeer), (Nevers) 
Henri Gallois
Kathie Clarke, Louise Lebrun, Lyliane Guitton, Alain Vanzo, Jules Bastin, W. Roy

Saison 1976/77
Nice, Opéra
LES PÊCHEURS DE PERLES (Bizet), (Zurga) 
Michèle Péna, Alain Vanzo

1977 
12, 14, 16, 18, 21, 23 janvier, Toulouse, Théâtre du Capitole
MADAMA BUTTERFLY (Puccini), (Sharpless) 
Henri Gallois, Jacques Doucet, Maurice Mélat
Yasuko Hayashi, Giorgio Merighi

15 mai, Avignon, Opéra
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Yvon Leenart
Alain Vanzo, Georg Pappas, Alain Perraton, Françoise Garner, Freda Betti, Bernard Mallet

6, 10, 15, 18, 21, 25 29 juin; 2, 6 juillet; 21, 27, 30 septembre, Paris, Palais Garnier
DER ROSENKAVALIER (R. Strauss), (Faninal) 
Silvio Varviso/Horst Stein (septembre), Rudolf Steinboeck, Ezio Frigerio; Christa Ludwig/Helga Dernesch (29 juin, 2 juillet), Tatiana Troyanos/Gertrude Jahn (15 juin)/Brigitte Fassbaender (septembre), Judith Blegen, Hans Sotin/Manfred Jungwirth (septembre), Alain Vanzo/Jean Dupouy (septembre) 

16 juillet, Orange, Théâtre Antique
LUCIA DI LAMMERMOOR (Donizetti), (Ashton) 
Carlo-Felice Cillario, Giancarlo Sbragia, Marco Arturo Marelli
Christina Deutekom, Gabriella Carturan, Jaime Aragall, Agostino Ferrin, Ramon Remedios, Gérard Friedmann

25, 27, 29 octobre, Paris, Salle Favart
LA TRAVIATA (Verdi), (Germont) Production du Festival d’Aix
Michel Plasson, Jorge Lavelli, Max Bignens
Sylvia Sass, Renzo Casellato

18, 20, 22 novembre, Nancy, Grand-Théâtre
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Jésus Etcheverry, Jean-Jacques Etcheverry
Sandra Browne, Andrée François, Albert Lance, Jean Lainé

4, 9, 11 décembre, Avignon, Opéra CARMEN (Bizet), (Escamillo) Yvon Leenart, Louis Ducreux, Bernard Buffet
Ann Howard, Andrée Esposito, Pedro Lavirgen

1978 
15, 18, 22 janvier, Bordeaux, Grand-Théâtre
FALSTAFF (Verdi), (Ford) 
Maurizio Arena, Jacques Doucet, Pierre Castex
Gabriel Bacquier, Ernesto Palacio, Gianfranco Manganotti, Piero de Palma, Giovanni Gusmeroli, Ilva Ligabue, Rosetta Pizzo, Fedora Barbieri, Anna di Stasio

10, 12, 14, 18, 19 février, Bordeaux, Grand-Théâtre Production de l’Opéra de Liège
LES INDES GALANTES (Rameau), (Bellone, Don Alvar) 
Roger Rossel, Raymond Rossius
Isabel Garcisanz, Christiane Issartel, Gérard Garino, Ginès Siréra, Guy Fontagnère, Georges Gauthier

24 février?, Paris, Radio-France en concert
LE ROI D’YS (Lalo), (Karnac) 
Jean-Pierre Marty; Christiane Eda-Pierre, Jane Rhodes, Jean Dupouy, Jacques Trigeau

25 février; 1, 23, 27 mars, Paris, Palais Garnier
DER ROSENKAVALIER (R. Strauss), (Faninal) 
Silvio Varviso, Rudolf Steinboeck, Ezio Frigerio
Arlene Saunders, Yvonne Minton, Lucia Popp/Danièle Perriers (1er mars), Jane Berbié, Karl Ridderbusch, Jean Dupouy, Michel Sénéchal

12 mars, Limoges, Grand-Théâtre
LES PÊCHEURS DE PERLES (Bizet), (Zurga) 
Françoise Garner, Ginès Sirera

21 mars, Paris, Radio-France en concert
ALCESTE (Glück), (le Grand-Prêtre) 
André Jouve; Kathie Clarke, Philip Langridge, Bernard Malet, Philippe Rouillon, Jacques Bona, Christian Tréguier, Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France, Choeur de Radio France, dir. André Jouve

7, 8, 10, 13, 14 avril, Genève, Grand-Théâtre
IPHIGÉNIE EN TAURIDE (Glück), (Oreste) 
Raymond Leppard, E. Fisher, R. Aeschlimann
Rachel Yakar, Eric Tappy, Rudolf Constantin, M. Cerna

27 avril, Valence
LA TRAVIATA (Verdi), (Germont) 
Alain Guingal, Antoine Selva
Christiane Eda-Pierre, Salvatore Fisichella, Jean Lainé

23, 26, 28 mai, Marseille, Opéra NP
LA PRISE DE TROIE (Berlioz), (Chorèbe) 
Diego Masson, Jacques Karpo, Kristin Osmundssen
Nadine Denize, Sonia Nigoghossian, Guy Chauvet, Michel Hubert, Armand Arapian, Michel Llado

14, 19, 22, 25, 28 juillet, Paris, Palais Garnier
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Pierre Dervaux, Piero Faggioni, Jacques Dupont; Francine Arrauzau, Guy Chauvet, Jacques Mars, John Macurdy
(le 22 juillet 1978 marque la 1000 ième représentation de Robert Massard à l’Opéra de Paris, un record inégalé) 

19 novembre, Limoges, Grand-Théâtre LES CONTES D’HOFFMANN (Offenbach) Guy Condette
Jean Brazzi, Chantal Bastide, Michèle Herbé, Elena Baggiore

1 et 3 décembre, Nancy, Grand-Théâtre
LES PÊCHEURS DE PERLES (Bizet), (Zurga) 
Jean Doussart, Elie Delfosse, Michel Fersing; Danièle Perriers, Charles Burles/Alberto Cupido, Christian Poulizac

1979 
20 janvier, Saint-Etienne, Maison de la Culture
4 février, Limoges, Grand-Théâtre
LE CID (Massenet) 
Pierre-Michel Le Conte, Gabriel Couret
Hélia T’Hézan, Peggy Bouveret, Maurice Maiewsky, René Bianco

17, 21, 25 février, Monte-Carlo, Salle Garnier
9 et 11 mars, Avignon, Opéra
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Paul Ethuin/Yvon Leenart (Avignon), Jacques Karpo, Kristin Osmundssen
Viorica Cortez, Guy Chauvet, Gérard Serkoyan, Jean Brun

30 mars, Avignon, Opéra
4 avril, Montpellier, Opéra
LA TRAVIATA (Verdi), (Germont) 
Alain Guingal, Antoine Selva
Françoise Garner, Martine Surais, Jaime Aragall, Stanislas Staskiewicz, Gérard Garino

23, 25 juillet, Carpentras, Théâtre de plein air NP
ROMÉO ET JULIETTE (Gounod), (Capulet) 
Pierre Dervaux, Jean-Jacques Etcheverry, Georges Wakhevitch
Norma Burrowes, Joyce Castle, Luis Lima, Yves Bisson, Pierre Thau, Gérard Garino

19 octobre, Paris, Radio-France en concert
LAKMÉ (Delibes), (Nilakantha) prise de rôle
Henri Gallois
Ruth Welting, Ginès Sirera, Robert Massard, Zoila Muñoz, Thérèse Cédelle, Michaela Etcheverry, Alain Munier, Claude Vierne, Osvaldo Tourn

27 octobre, Saint-Etienne, Maison de la Culture
LES PÊCHEURS DE PERLES (Bizet), (Zurga) 
Jean Doussard, Roland Giard
Andrée Esposito, Ginès Sirera, Christian Poulizac

16, 18, 22, 24, 27 novembre; 2 décembre, Liège
8 décembre, Reims en concert
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
Jésus Etcheverry, Gabriel Couret
Andrée Esposito, Yvonne Lamy, Alain Vanzo, William Pirie, Marcel Vanaud

1980 
18 et 20 janvier, Rouen, Théâtre des Arts
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Paul Ethuin
Ann Howard, Andrée Esposito, Alain Vanzo

1, 3, 5 février, Lille, Opéra
SAMSON ET DALILA (Saint-Saëns), (le Grand-Prêtre) 
Henri Gallois
Glenys Linos, Gilbert Py, Jean Brun, Gérard Serkoyan

15, 17 février, Avignon, Opéra
LE ROI D’YS (Lalo), (Karnac) 
Yvon Leenart, Giampaolo Zennaro, Diego Etcheverry et Isabel Etcharri
Michèle Vilma, Françoise Garner, Alain Vanzo, Pierre Thau, Michel Bouvier, Jacques Noël

29 février, 1er mars, Saint-Etienne, Maison de la Culture
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
Jean-Marc Cochereau, Gabriel Couret, Claude Perrier
Andrée Esposito, Yvonne Dalou, Alain Vanzo, Gérard Serkoyan, Gérard Chapuis

7, 9, 11, 14, 16 mars 1980, Toulouse
WERTHER (Massenet), (Albert)
Bruno Amaducci / Jacques Doucet
Alain Vanzo, Régine Crespin, Jacques Mars, Christine Barbaux, Rémy Corazza

25, 27 avril, Tours, Grand-Théâtre
ROMÉO ET JULIETTE (Gounod), (Capulet?) 
Paul Ethuin
Andrée François, Joyce Castle, Peyo Garazzi, Michel Trempont, Frédéric Vassar

9, 11, 13 mai, Avignon, Opéra
CARMEN (Bizet), (Escamillo) 
Yvon Leenart, Jacques Karpo
Francine Arrauzau, Marion Sylvestre, Alain Vanzo, Alain Perraton

9 août, Vichy, Théâtre du Casino
MIREILLE (Gounod), (Ourrias) 
Paul Ethuin, Gérard Boireau, Yves Brayer
Michèle Command, Michèle Vilma, Gérard Garino, Marc Vento, Pierre Cathala

2 décembre, Lille, Opéra
7 décembre, Tourcoing
LES PÊCHEURS DE PERLES (Bizet), (Zurga) 
Jean Doussard; Aldo Bertolo, Jacques Mars, Danièle Perriers

1981 
24 et 28 janvier; 1er février, Monte-Carlo, Salle Garnier
FAUST (Gounod), (Valentin) 
Alain Lombard, René Terrasson, Mary Gaux
Françoise Garner, Joyce Castle, Franco Bonisolli, Nicolai Ghiuselev, Christian Poulizac

27 février, 1er mars, Tours, Grand-Théâtre
LAKMÉ (Delibes), (Nilakantha) 
Girard
Danielle Chlostawa, Thérèse Martin, Agnès Disney, André Mallabréra, Claude Méloni

Montréal
FAUST (Gounod), (Valentin) 

7 mars, Saint-Etienne, Maison de la Culture
LE ROI D’YS (Lalo), (Karnac) 
Jean Doussard; Andrée Esposito, Michèle Vilma, Alain Vanzo, Gérard Serkoyan, Christian Poulizac

20, 23, 25 octobre, Avignon, Opéra
ROMÉO ET JULIETTE (Gounod), (Capulet) Yvon Leenart
Ana-Maria Gonzales, Pierrette Delange, Josette Jaques, Aldo Filistad, Yves Bisson, Gérard Serkoyan, François Garcia

1982 
Buenos Aires, Teatro Colon
BENVENUTO CELLINI (Berlioz), (Fieramosca) 
P.I. Calderon, Roberto Oswald, Annibal Lapiz
Michèle Lagrange, Graciela Alperyn, Tibère Raffalli, Jules Bastin, Victor de Narké

19 et 21 février, Avignon, Opéra
LES CHOUANS (Vanzo), (Trompe-la-Mort) création mondiale, NP Yvon Leenart, Antoine Selva
Marion Sylvestre, Emmy Greger, Alain Vanzo, Rémy Corazza

2 et 4 avril, Tours, Grand-Théâtre
MIREILLE (Gounod), (Ourrias) 
Paul Ethuin
Anna-Maria Miranda, Maryse Acerra, Gérard Garino, Jules Bastin, Jean Lainé

12 et 16 mai, Avignon, Opéra
LAKMÉ (Delibes), (Nilakantha) adieux officiels à la scène
Yvon Leenart, Jean-Louis Simon, Jean-Marie Manson
Chantal Bastide, Jane Berbié, Alain Vanzo, François Le Roux

1983 
2 septembre, Bilbao, Coliseo Albia
ROMÉO ET JULIETTE (Gounod), (Mercutio) 
Alain Guingal, Diego Monjo, La Bottega Veneziana, Izquierdo
Valerie Masterson, Ascension Gonzalez, Cecilia Fondevila, Alfredo Kraus, Pierre Thau, Adriano Tomaello

6 septembre, Bilbao, Coliseo Albia
MANON (Massenet), (Lescaut) Jean Périsson, Diego Monjo, La Bottega Veneziana
Valerie Masterson, Ascension Gonzalez, Beatriz Llaneza, Georgine Crosby, Alain Vanzo, Pierre Thau, Guy Gabelle, Nino Carta.