Corneliu Murgu 1948-2021

Corneliu Murgu était un ténor dramatique d’origine roumaine doté d’une voix particulièrement puissante.

Né à Timisoara le 25 juillet 1948 Murgu commença ses études musicales dans sa ville natale, avant de se rendre en Italie pour étudier à Florence où il obtint le diplôme de « Maestro Di Canto ». Il suivit ensuite une formation classique avec Marcello Del Monaco à Trévise, où il apprit la technique de l’abaissement du larynx. Le résultat de cette formation exceptionnelle fut sanctionnée par l’obtention d’importants prix d’interprétation à Vercelli (1977) puis à Trévise (1978) en Italie, mais surtout par des contrats avec les plus célèbres maisons d’opéra italiennes : Scala à Milan, Teatro San Carlo à Naples, Opéra de Rome, Arènes de Vérone,  Fenice de Venise, les Thermes de Caracalla  de Trieste, etc.

Ses débuts aux États-Unis eurent lieu au Metropolitan Opera de New York en 1983 dans Un Ballo in maschera et il se produisit ensuite à Philadelphie, Pittsburgh, La Nouvelle-Orléans, Palm Beach et Denver. De là, il parcourut les scènes les plus importantes d’Europe : Berlin, Munich, Francfort, Cologne, Stuttgart, Zürich, Avignon, Paris, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Montpellier, Lisbonne, Las Palmas, Bilbao, Barcelone, Melbourne, Rio de Janeiro, Johannesburg, Tokyo, New York et Odessa. En région, il chanta également Cavalleria rusticana à Nice, Pagliacci à Toulon (1991), Norma à Lyon, Otello à Tours La Fanciulla del West à Toulouse (1991). A Bastille, il chanta au total trois représentations d’Otello (deux en 1990 et une en 1992).

Il fut aussi à l’affiche d’une dizaine d’ouvrages à Vienne entre 1979 et 2003, ce qui témoigne du fait qu’il pouvait être aussi apprécié dans de grandes maisons. En 1987 à Parme, il fut honoré du Verdi d’Oro, notamment pour son interprétation d’Otello (et l’on sait à quel point les spectateurs du Regio peuvent être difficiles…) 

Certains enregistrements sur le vif furent publiés en CD : Carmen à Stuttgart, Otello à Tokyo (avec Renato Bruson et Maria Guleghina). Ses performances les plus notables en Italie incluent son Radamès dans Aida au Teatro alla Scala de Milan, suivi d’un Otello très admiré à Vérone.

Il fut ensuite nommé en 2000 directeur général de l’Opéra de Timisoara, qui deviendra plus tard l’Opéra national. 

Parallèlement à un programme extraordinaire de performances, Corneliu Murgu, animé d’un sens civique et humanitaire élevé, a constamment contribué à de nombreux galas organisés par l’UNESCO et l’UNICEF.

Durant toute cette activité exceptionnelle, Corneliu Murgu, souligna chaque fois qu’il en eut l’occasion, qu’il était originaire de Timișoara, la ville où éclata la Révolution roumaine de 1989. Animé de sentiments profondément patriotiques, il s’impliqua dans l’organisation de deux concerts au profit de la Roumanie, à Paris (26 décembre 1989) et à Vienne (30 janvier 1990).

Tout au long de sa carrière, il fut comblé de prix et d’honneurs, dont celui du président autrichien en 2002, avec la plus haute distinction culturelle « Leteris Et Artibus ». Il fit partie des jurys de nombreux concours internationaux.

Il est décédé à Timișoara le 27 avril 2021.

Authentique spinto, le ténor roumain était doté d’une voix ayant une projection insolente mais que certains ont pu qualifier de «brut de décoffrage». Il faisait preuve d’un tel engagement sur scène et d’une telle puissance vocale qu’il était risqué d’être placé trop près de la scène sous peine de recevoir des volées de postillons.