Carlo Galeffi 1884-1961

Carlo Galeffi était un baryton italien de premier plan, particulièrement associé aux œuvres de Verdi et des compositeurs véristes. Il est considéré comme l’un des meilleurs barytons d’opéra actifs entre le début de la Première Guerre mondiale et le début de la Seconde.

Galeffi est né le 4 juin 1884 à Malamocco, ville située sur la partie méridionale du Lido de Venise et qui sépare la lagune de Venise de la mer Adriatique. Il fut initié au chant par Di Como et Enrico Sbriscia. Il devint ensuite l’élève d’Antonio Cotogni. Cotogni (1831-1918) est considéré comme le plus grand baryton du XIXème siècle et fut l’un des plus fameux professeurs de chant de tous les temps. IL compta parmi ses élèves Jean De Reské, Mattia Battistini, Beniamino Gigli, Giacomo Lauri-Volpi et Mariano Stabile ! Il fonda l’école Romaine de chant.

Carlo Galeffi fit ses débuts professionnels en 1904, à l’âge de 21 ans, au Teatro Adriano de Rome, dans le rôle d’Enrico (Lucia di Lammermoor). Il chanta ensuite dans toute l’Italie avant d’entrer à La Scala de Milan, en 1912. Il y restera jusqu’en 1938, devenant l’un des favoris du chef d’orchestre Arturo Toscanini. Il fut très acclamé pour ses interprétations des rôles de Verdi allant de Nabucco à Iago en passant par Renato, Di Luna, Amonasro et Simon Boccanegra. Il fut aussi Guillaume Tell (Rossini), Douglas dans Guglielmo Ratcliff de Mascagni, Scarpia dans Tosca de Puccini, Tonio dans Pagliacci de Leoncavallo, Gérard dans Andrea Chénier de Giordano, Amfortas et Telramund dans Wagner.

Galeffi fit ses débuts américains à Boston en 1910. Il chanta une seule fois au Metropolitan Opera de New York, le 29 novembre de la même année, dans le rôle de Germont père (Traviata) avec Nellie Melba en Violetta. Il s’est également produit au Lyric Opera de Chicago de 1919 à 1921, et en Amérique du Sud à plusieurs reprises. Cependant, la majeure partie de sa carrière fut centrée sur l’Italie et La Scala.

Au théâtre Costanzi de Rome en 1919, Galeffi donna en 1919 les premières représentations européennes des rôles de Gianni Schicchi (Gianni Schicchi) et Michele (Il Tabarro), tous deux composés par Puccini. Il créa également Manfredo dans L’Amore dei tre Re de Montemezzi, Fanuel dans Nerone de Boito (à La Scala, respectivement en 1913 et 1924), Raimondo (Isabeau de Mascagni à Buenos Aires en 1911 et William dans Jacquerie de Gino Marinuzzi.

Il est décédé à Rome le 22 septembre 1961, à l’âge de 79 ans.

Il a réalisé de nombreux enregistrements acoustiques et électriques, dont certains sont disponibles en rééditions de CD. Galeffi avait une voix d’une puissance modérée mais ce fut un modèle de style et c’est l’équilibre remarquable de sa voix qui lui a permis de chanter un répertoire exigeant avec une telle aisance. Le grand équilibre harmonique, clair-obscur, que Galeffi sut maintenir dans toute sa tessiture donna à sa voix une formidable régularité de timbre et de son bien adaptée aux rôles de baryton Verdi à haute tessiture, capable de garder sa souplesse dans les tempi les plus rapides.