Teresa Stich-Randall 1927-2007

Teresa Stich-Randall était une soprano lyrique américaine au vibrato très particulier, qui fut très appréciée dans les opéras de Mozart. 

Elle est née le soir de Noël 1927 à New Hartford dans le Connecticut. Elle a brièvement fréquenté la Gilbert School de Winsted. Elle étudia également à la Hartt School of Music de Hartford et à 15 ans, elle quitta New Hartford alors qu’elle était la plus jeune étudiante de la Columbia School of Music. Plus tard, une bourse Foolbright l’a emmenée en Europe, où elle a appris l’allemand, le français et l’italien, langues qui lui seront fortement utiles pour ses rôles dans les opéra. Elle a ainsi appris à chanter en cinq langues.

En 1947, elle fit ses débuts à l’opéra lors de la première de La mère de nous tous de Thomson à New-York. Elle fut ensuite choisie pour créer le rôle-titre dans Evangeline de Luening à New-York en 1948. Puis elle fut découverte par Arturo Toscanini, qui la qualifia de “la trouvaille du siècle” et l’engagea pour une série de performances avec son NBC Symphony Orchestra à New-York.

Teresa Stich-Randall

Après avoir remporté le concours de Lausanne en 1951, Teresa Stich-Randall fit ses débuts à l’Opéra cette année-là en Nermaid (Oberon) à Florence. Elle fit ses débuts à l’Opéra d’État de Vienne, où elle se produira régulièrement pendant les deux décennies suivantes. En 1963, l’Opéra de Vienne lui conféra le titre honorifique de Kammersängerin faisant d’elle la première Américaine à recevoir cet honneur. Cela établit sa réputation en Europe, et c’est en Europe que la plupart de ses activités ultérieures ont été centrées. En 1951-1952, elle chanta à l’Opéra de Bâle. En 1952, elle fit sa première apparition au Festival de Salzbourg. En 1955, elle fit ses débuts au Chicago Lyric Opera dans le rôle de Gilda.

A partir de 1955, elle se produisit régulièrement au Festival d’Aix-en-Provence. Elle fut l’une des reines de ce festival où elle chanta chaque année de 1953 à 1972, notamment dans un cycle d’opéras de Mozart sous la direction du chef Hans Rosbaud.  Elle était, avec l’Espagnole Teresa Berganza, l’une des “deux Teresa” d’Aix-en-Provence, comme les surnommait affectueusement Gabriel Dussurget, le fondateur et directeur artistique du célèbre festival lyrique créé en 1948. A Aix, elle sera aussi Donna Anna  (Don Giovanni), la Comtesse (Les Noces de Figaro), et Constance, (L’Enlèvement au sérail).

Alfredo Kraus et Teresa Stich-Randall dans Alì Babà e i quaranta ladroni
Teresa Stich-Randall

Sa carrière américaine semble avoir été relativement brève. Après le Lyric Opera de Chicago en 1955, elle fit ses débuts en octobre 1961, au Metropolitan Opera à New-York dans le rôle de Fiordiligi (Cosi fan tutte), et chanta ensuite Donna Anna (Don Giovanni) restant toutefois sur les tablettes du Met jusqu’en 1966.

Elle donna beaucoup de récitals tout au long de sa carrière, chantant Volontiers Schubert, Richard Strauss et aussi, avec bonheur Bach et Haendel.

Elle mit un terme à sa carrière en 1972. Elle fit un retour à Aix-en-Provence en 1983, pour des masterclasses, un récital et une série d’émissions sur France Musique (diffusées en 1984), le tout organisé par le producteur de radio Norbert Zaubermann. 

Stich-Randall est décédée le 17 juillet à Vienne, où elle avait passé la majeure partie de sa carrière professionnelle. Elle avait 79 ans.

Son chant, agile, pur et limpide, était marqué par un ton clair et une hauteur précise et surtout par un vibrato presque absent. Fine musicienne, Teresa Stich-Randall savait phraser comme peu d’artistes lyriques. Elle usait de ce vibrato court pour souligner l’émotion d’une phrase, le poids d’un mot, sa voix puissante, claire, chargée d’harmoniques restait néanmoins d’une grande souplesse. Elle habillait ses rôles d’une sensualité innocente, d’une tendresse envoûtante qui était particulièrement adaptée au répertoire mozartien. Si la soprano américaine a effectivement connu ses plus grands succès avec les opéras de Mozart, ses incursions dans ceux de Haendel, de Vincenzo Bellini, de Verdi, de Giacomo Puccini, de Donizetti ou de Richard Strauss, laissent entendre son extraordinaire capacité d’aborder les styles de chant les plus divers. Ainsi dans le fameux enregistrement du Rosenkavalier sous la direction d’Herbert von Karajan elle offre une admirable voix blanche pour une Sophie d’anthologie tranchant résolument avec la sophistication de la Maréchale d’Elizabeth Schwarzkopf, sa «rivale» dans les grands rôles mozartiens. 

La voix de la soprano américaine Teresa Stich-Randall a toujours opposé les lyricomanes en raison d’une certaine froideur et de cette absence quasi permanente de vibrato. Les uns idolâtrent ce son de clarinette à peine vibré, cette blancheur marmoréenne du timbre; les autres ne supportent pas cette voix “désincarnée”, instrumentale mais sans toujours la perfection de l’instrument. Pour le chef italien Arturo Toscanini, qui l’avait entendue aux Etats-Unis à l’occasion d’une retransmission radiophonique de La Traviata par la NBC (National Broadcasting Corporation), elle était “la voix du siècle”. En 1949, il enregistrera avec cette impeccable musicienne Aïda et Falstaff, de Verdi.

Retirée trop tôt des scènes lyriques et relativement peu gâtée par les studios d’enregistrement, Teresa Stich-Randall laisse une discographie limitée, certainement pas en rapport avec son talent.

88 thoughts on “Teresa Stich-Randall 1927-2007”

  1. Hello, There’s no doubt that your blog may be having browser compatibility issues.
    When I take a look at your site in Safari, it looks
    fine however, when opening in I.E., it has some overlapping
    issues. I simply wanted to give you a quick heads up! Other than that, great website!

  2. Your style is so unique in comparison to other folks I have read stuff from.
    Many thanks for posting when you have the opportunity,
    Guess I’ll just book mark this blog.

  3. You’ve made some decent points there. I looked on the internet to learn more about
    the issue and found most individuals will go along with
    your views on this web site.

  4. I do not even know the way I ended up here, however I believed this submit was good.
    I don’t know who you’re but definitely you are going to a
    famous blogger if you are not already. Cheers!

  5. You are so awesome! I do not suppose I’ve read through anything like that before.
    So good to discover someone with unique thoughts on this topic.
    Really.. thank you for starting this up.
    This website is one thing that is required on the internet, someone with some originality!

  6. I’ve been browsing on-line greater than 3 hours lately, but I by
    no means discovered any attention-grabbing article like yours.

    It is lovely worth sufficient for me. In my opinion, if all website owners and bloggers made good content material as you probably did, the
    net can be a lot more helpful than ever before.

  7. Woah! I’m really digging the template/theme
    of this site. It’s simple, yet effective.

    A lot of times it’s challenging to get that “perfect balance” between usability and visual appeal.

    I must say you have done a fantastic job with this. Also,
    the blog loads extremely quick for me on Internet explorer.
    Excellent Blog! ps4 games https://bitly.com/3z5HwTp ps4
    games

Leave a Comment

Your email address will not be published.