Alma Gluck 1884-1938

Alma Gluck était une chanteuse américaine d’origine roumaine qui fut l’une des premières stars du disque.

Elle naquit à Bucarest, en Roumanie, en 1884, dans une famille juive. Fille de Zara et Leon Feinsohn, son nom de naissance était Reba Feinsohn. Elle quitta très jeune la Roumanie avec sa famille lorsqu’elle avait six ans pour émigrer aux États-Unis. A New-York, elle a grandit dans le Lower East Side et après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, elle rejoignit le Hunter College où elle apprit la sténographie et la dactylographie. Après l’université, elle épousa un modeste assureur, Bernard Glick (et non pas Gluck) avec lequel elle eut une fille, Abigail Marcia, née en 1903 qui devint par la suite une écrivaine réputée. Alma demeura une femme au foyer et une mère dévouée jusqu’en 1906. 

Alma Gluck
Alma Gluck

C’est en 1906 que son talent vocal fut découvert un peu par hasard par un musicien qui lui donna d’abord quelques cours de chant puis la confia à un professeur, Arturo Buzzi-Peccia. Trois ans après, Buzzi-Peccia lui ménagea une audition avec avec le directeur du Metropolitan Opera, Giulio Gatti-Casazza et le directeur musical, Arturo Toscanini. Selon Alma les choses se sont passées de la manière suivante: «J’avais l’habitude de prendre mes leçons le matin. Un jour, étant incapable pour une raison quelconque de me rendre au studio à l’heure habituelle, M. Buzzi-Peccia m’a dit de venir plutôt ce soir-là. Il avait oublié, cependant, que M. Gatti Casazza, M. et Mme Toscanini, M. Amato et plusieurs autres chanteurs devaient aussi lui rendre visite . On m’a présenté à eux et ils m’ont demandé de chanter. Je l’ai fait et…eh bien, je suis maintenant au Metropolitan Opera. M. et Mme Toscanini ont été particulièrement gentils avec moi». 

Alma fut donc engagée d’emblée et signa un contrat de 700 $ avec le Metropolitan. Elle y fit ses débuts dans le rôle de Sophie (Werther) sous le nom de scène d’Alma Gluck (du nom de son mari légèrement modifié).

Elle passa quatre saisons au Met et y chanta onze rôles différents dont la plupart durent être appris rapidement, un exploit qui fut facilité par son don pour l’apprentissage des langues. On la vit notamment dans La Bohème, Pagliacci, Faust, Bartered Bride, Orfeo, Tannhauser et Armide. Le rôle du Saint-Esprit dans Orfeo fut particulier car il s’agissait également de la re-création de l’œuvre par Toscanini. Les premiers voyages de Gluck l’ont amenée plusieurs fois à Boston, où en 1911 elle participa au Requiem de Verdi et où, en 1913, elle donna un récital très mémorable en collaboration avec le pianiste Harold Bauer.

Alma et Efrem Zimbalist

Durant cette période elle divorça en 1912 et épousa deux ans plus tard un jeune violoniste russe Efrem Zimbalist. Ils eurent deux enfants Maria Virginia Goelet et Efrem Junior. Efrem Junior devint acteur, écrivain et réalisateur. Ensemble ils établirent un partenariat musical, se produisant en récital et faisant des enregistrements. Zimbalist a également arrangé des chansons folkloriques russes pour Alma qui les a incluses dans ses récitals et, pour certaines, enregistrées.

Alma Gluck
Alma Gluck chez elle
Alma et sa fille

En 1912, Wolf Ferrari dirigea son propre opéra La Vita Nuova, avec Alma Gluck. Un critique nota que «les contributions de soprano d’Alma Gluck étaient malheureusement très courtes, mais au moins elles ont permis de révéler puissamment sa voix limpide, sa musicalité raffinée et sa manière convaincante d’interpréter l’émotion tonale».

Alma Gluck

En 1913, Alma profita d’un voyage en Europe de son professeur Arturo Buzzi-Peccia pour l’accompagner avec son enfant quatre ans en vue de perfectionner sa technique vocale. Elle travailla d’abord avec Marcella Sembrich à Berlin. Ensuite, le pianiste Alexander Lambert, qui fut un élève de Liszt, présenta Emma au célèbre ténor Jean De Reszké. En mauvaise santé, De Reszké avait reçu l’ordre de son médecin de n’enseigner à personne, mais la forte impression que lui fit Gluck l’incita à inviter la jeune femme à le rejoindre à Deauville. Elle déclara à un journaliste: «De Reszké a offert de me donner des leçons pour rien. J’étais ravie. Il ne s’agissait pas exactement de leçons. M. De Reszké a chanté avec moi et au cours des six semaines que j’ai passées à Deauville, j’ai appris deux rôles sous sa direction, la Reine des Huguenots et Juliette».

Alma Gluck

Peu à peu, Alma orienta nettement sa carrière vers les récitals. En 1917, elle donne quelque 500 concerts et devint célèbre grâce à ses tournées et aussi à la ventes de ses disques. Voici un avis de la presse après un concert à Baltimore en 1914: «Quand Mlle Gluck a fait son apparition sur la scène, il y a eu des applaudissements prolongés. Elle a présenté une image rayonnante, et dans son premier air de Louise de Gustave Charpentier (Depuis Ie Jour) elle a immédiatement révélé ses belles réalisations artistiques et son ton pur et jeune. Une phase plus large de son art a été exposée dans un groupe de chansons de Rachmaninov et Rimsky-Korsakov. La dernière composition, Chanson Indoue, a reçu le traitement le plus exquis et dans son Shepherd Lehl, l’énonciation de la langue vernaculaire par Miss Gluck a été un délice suprême. Le public semblait électrifié et les applaudissements n’ont pas cessé, jusqu’à ce que la loi non écrite de «pas de rappels» ne soit pas respectée et que l’artiste ait bissée le Chant de l’Inde, qui fut suivi de nombreux rappels.»

Bien que ses récitals de chansons comprenaient peu à peu des ballades de plus en plus populaires, son goût impeccable et sa voix fine ne laissaient aucun doute sur son talent artistique. Gluck a également chanté des Spirituals et se présentait souvent devant son public dans des robes qu’elle avait elle-même conçues et confectionnées. En novembre 1917, elle donna un récital à Los Angeles, qui est représentatif de sa carrière à cette époque. En plus d’airs de Bach, Mozart, Spohr, Beethoven et Loewe, elle y chanta Brahms, Reger, Richard Strauss, deux chansons de Debussy, des airs russes de Glinka, Moussorgsky et Rachmaninoff, et termina le programme avec des chansons de compositeurs anglais et américains. De cette soirée, un critique écrivit : «Sa diction est non seulement parfaite, mais elle est charmante. Il y a une douce nuance pulpeuse qui est vraiment délicieuse. Il est également évident que cette artiste est à la fois musicienne et chanteuse, pour son phrasé et l’utilisation de son souffle, non pas du point de vue d’un chanteur mais, du point de vue d’un musicien.»

Alma Gluck

Elle participa à sa manière à l’effort de guerre en 1917 en consacrant une grande partie de son temps à la mise en place d’un “Love Fund” qui aida la Croix-Rouge, à laquelle elle remis la somme de 25 000 $.

Après 1914, son domicile à New York devint le lieu de rencontre de musiciens éminents et elle fut un élément déterminant dans la fondation de “l’American Guild of Musical Artists“. Sa fille de son premier mariage est devenue la romancière Marcia Davenport.

Alma, Efrem et leurs enfants

Bien qu’elle ait commencé comme interprète au Metropolitan Opera et après une tentative de retour au retour au Manhattan Opera House, elle ne chanta plus qu’en récital à partir de 1918, exception faite de sa participation à une représentation de Siegfried en 1915, et se tourna vers les enregistrements. La principale raison de ce changement d’orientation fut probablement le manque de tempérament dramatique qui, avec une excellente voix, est une exigence pour les interprètes d’opéra. Alma Gluck a été la première interprète à vendre un million de disques avec des airs populaires comme Carry me back to old Virginy, faisant du label rouge de RCA Victor une enseigne célèbre.

Alma Gluck en récital

L’achat de son manoir sur Park Avenue a été facilité par les recettes de ses disques. La chanteuse a elle-même commenté ses enregistrements: «Je dois avouer que le phonographe m’a ouvert un monde entièrement nouveau. Il m’a mis en contact beaucoup plus intimement avec ceux qui m’entendent chez eux qu’avec ceux qui m’entendent dans l’atmosphère formelle de la salle de concert. Beaucoup de ces gens m’écrivent». Le succès commercial de Gluck a grandement aidé sa carrière, car sa célébrité précédait son arrivée dans de nombreuses villes où elle venait pourtant chanter pour la première fois. L’insertion dans ses programmes de nombreuses chansons légères et populaires agaçait les critiques, mais il faut reconnaître la qualité de leurs interprétations, et elle ne fut pas la seule chanteuse à s’ouvrir à ce répertoire plus commercial.

Gluck a pris sa retraite en 1925, à New Hartford, Connecticut, pour se consacrer à sa famille. il y eut une seule exception au Met, lors d’un concert de gala, en 1933.

Alma et son mari le violoniste russe Efrem Zimbalist sur le paquebot Aorangi le 25 juin 1927

Bien que d’origine juive et se considérant comme juive ethniquement, elle fut attirée, avec son mari Efrem, par le christianisme anglican et ils assistaient régulièrement à l’Église épiscopale de New Hartford. Leurs deux enfants, Efrem Junior et Maria, y ont tous deux été baptisés, et le couple plaça Efrem dans un pensionnat épiscopal du New Hampshire. Efrem Junior devint plus tard actif dans les cercles évangéliques et fut l’un des fondateurs de Trinity Broadcasting Network. Gluck a enregistré plusieurs hymnes chrétiens en duo avec Louise Homer, parmi lesquels Rock of Ages, Whispering Hope, One Sweetly Solemn Though et Jesus, Lover of My Soul.

La tombe d’Alma Gluck Zimbalist
à New Hartford (Connecticut)
est située dans un terrain
familial rectangulaire bien entretenu,
entouré d’une clôture basse.
La tombe est marquée par une pierre
en granit qui présente
deux images incrustées:
un brin de lierre sur le dessus
et une portée musicale
avec les notations d’une section
de musique au milieu.

Malade depuis longtemps, elle fut hospitalisée plusieurs jours avant sa mort. Elle décéda à 9 h 30 au Rockefeller Institute le 27 octobre 1938 à Manhattan, New-York. Elle avait 54 ans et souffrait d’une insuffisance hépatique. Après son décès en 1938, Toscanini a organisé un concert-bénéfice du Requiem de Verdi en son honneur, dont le produit est allé à l’hôpital Roosevelt.

106 thoughts on “Alma Gluck 1884-1938”

  1. Fantastic goods from you, man. I’ve remember your stuff prior
    to and you are just extremely wonderful. I actually like what you’ve bought right here, certainly like what you are saying
    and the way in which wherein you say it. You are making it entertaining and you
    continue to take care of to keep it sensible. I cant wait to learn much more from you.
    This is actually a great site.

  2. I don’t know whether it’s just me or if perhaps everyone else experiencing issues with your blog.
    It seems like some of the written text within your content are running off the screen. Can someone else
    please provide feedback and let me know if this is happening to them too?
    This could be a problem with my web browser because I’ve
    had this happen before. Appreciate it

  3. My coder is trying to persuade me to move to .net from
    PHP. I have always disliked the idea because of the expenses.
    But he’s tryiong none the less. I’ve been using Movable-type on numerous websites for about a year and am concerned about switching to another platform.
    I have heard good things about blogengine.net. Is there a way I can transfer all my wordpress posts into it?
    Any kind of help would be greatly appreciated!

  4. hey there and thank you for your information ? I have certainly picked up anything new from right here.

    I did however expertise several technical points using this website, as I experienced to
    reload the web site a lot of times previous
    to I could get it to load correctly. I had been wondering if your hosting is
    OK? Not that I’m complaining, but slow loading instances times will very frequently affect your
    placement in google and can damage your high quality score
    if ads and marketing with Adwords. Anyway I am adding
    this RSS to my email and could look out for much more of
    your respective fascinating content. Ensure that you update
    this again very soon.

    my webpage; exam preparation (Matilda)

  5. It’s perfect time to make some plans for the future and it is time to be happy.
    I have read this post and if I could I wish to suggest
    you few interesting things or suggestions.
    Perhaps you could write next articles referring to this article.
    I wish to read even more things about it! scoliosis surgery https://0401mm.tumblr.com/ scoliosis surgery

  6. You are so awesome! I do not think I’ve read through something like this before.
    So nice to discover another person with some unique thoughts
    on this subject. Really.. thank you for starting this up.
    This web site is one thing that is required on the web, someone with some originality!

    My web site; sap mm certification, 1borsa.com,

  7. You’re so awesome! I don’t suppose I’ve read
    through a single thing like that before. So good to find somebody
    with some genuine thoughts on this subject matter.
    Seriously.. thank you for starting this up. This website is something that’s needed
    on the internet, someone with a bit of originality!

    Feel free to visit my page: certification exams (Von)

Leave a Comment

Your email address will not be published.