Lillian Nordica 1857-1914

Lillian Nordica fut une très grande soprano considérée comme la première diva américaine.

De son vrai nom Lillie Norton, elle naquit le 12 décembre 1857 à Farmington en Nouvelle-Angleterre. Elle était la plus jeune des quatre filles survivantes nées de Edwin et Amanda Allen Norton. Ses arrière-grands-parents, originaires de Martha’s Vineyard, furent parmi les premiers colons de Farmington. Quand Lillie avait eut deux ans, sa mère l’emmena voir une voisine, «tante Eunice», que certains pensaient être une sorcière. Elle prit la petite paume de Lillie dans la sienne et lui prédit: «Vous naviguerez sur les sept mers, et les têtes couronnées d’Europe se prosterneront devant vous.» En attendant, ses parents eurent du mal à gagner leur vie dans leur ferme.

Maison natale de Lillian Nordica à Farmington
Lillie à l’âge de 8 ans

Lillie avait sept ans quand sa famille déménagea à Boston où son père installa un studio de photographie. Sa sœur aînée Wilhelmina dite Willie étudiait le chant au New England Conservatory of Music et lorsque Willie s’entraînait à la maison, la petite Lillie écoutait attentivement et tentait d’imiter sa grande sœur. Cela irritait Willie, alors leur mère, Amanda, soudoya Lillie avec quelques sous afin qu’elle se taise…Malheureusement, Willie décéda de la typhoïde le 3 octobre 1868. Lillie avait alors onze ans quand sa sœur est morte, mais les souvenirs de la musique et de la voix de Willie ont perduré chez elle. Un jour, en entendant Lillie chanter, sa mère Amanda fut frappée par la façon dont elle sonnait “juste comme Willie”! Amanda l’emmena chez l’ancien professeur de chant de Willie qui l’inscrivit plus tard, à l’âge de 14 ans, dans son cours de chant débutant. Elle crédita plus tard son professeur, John O’Neill, de lui avoir donné les bases exigeantes qui furent à l’origine de son succès.

Portrait de “Willie”
(Wilhelmina Norton),
la grande soeur
décédée trop tôt

Elle avait fait ses débuts publics au conservatoire en tant que soliste avec la Handel and Haydn Society. Peu de temps après avoir obtenu son diplôme de N.E.C.M. à l’âge de 18 ans, Lillie fut engagée par le célèbre leader du groupe, Patrick Gilmore, pour une tournée en Europe. Elle était accompagnée de sa mère, Amanda. Elles restèrent loin de chez elles pendant plus de quatre ans. L’une des premières apparitions de Lillie en Angleterre s’est produite au magnifique Crystal Palace à Londres. Quand elles arrivèrent à Paris, Lillie et sa mère quittèrent la tournée. Alors Lillie étudia le français, l’opéra français et le théâtre. Amanda et sa fille se rendirent ensuite à Milan, en Italie, où son coach vocal italien a traduit son nom, Lillian Norton («Lily of the North»), en italien. Le résultat fut «Giglio Nordica». Finalement, elle lâcha le Giglio, mais Nordica resta. Elle fut bientôt appelée «La Nordica».  Elle débuta à Milan dans le rôle de Donna Elvira de Don Giovanni de Mozart. Le public italien s’emballa pour sa Marguerite dans Faust. Sa prise de rôle en Violetta dans La Traviata lui procura des éloges de toute l’Europe, y compris depuis la Russie. Une tournée à l’opéra impérial de Saint-Pétersbourg, en Russie, attirèrent l’attention du comte Léon Tolstoï qui invita Lillian et sa mère dans son palais. Lillian avait joué pour le tsar Alexandre II huit jours avant qu’il soit assassiné le 18 mars 1881. Mère et fille quittèrent alors la Russie.

Lilian Nordica
Lillian Nordica
Lillian Nordica dans le rôle
de Marguerite de Faust

Elles retournèrent à Paris où La Nordica séduit le public parisien pour ses performances de Marguerite dans Faust de Gounod à l’Opéra de Paris. Sa renommée lui attira de nombreux admirateurs, dont Frederick Gower, son cousin au deuxième degré du Maine qu’elle épousa en 1883.

Elle rentra finalement en Amérique et fit une tournée avec «Her Majesty’s Opera Company» dirigée par l’impresario britannique, le colonel James Henry Mapleson. Elle chanta dans les grands opéras de Chicago, San Francisco, Boston et New York. La troupe retourna à Londres où Lillian se lia d’amitié avec le prince de Galles. 

Lilian Nordica dans Brünhilde

Son modèle étant Lilli lehmann elle travailla sa voix pour interpréter les rôles wagnériens et incarna une Brünnhilde convaincante en 1902. La carrière de Lillian prit alors un tour décisif au moment où Cosima, qui cherchait quelqu’un pour chanter le rôle d’Elsa dans l’opéra Lohengrin au Festival de Bayreuth, remarqua les capacités de cette jeune chanteuse et lui proposa le rôle. Bien que Cosima ait personnellement entraîné Lillian à ce rôle, les critiques de l’époque furent sceptiques quant au fait qu’une chanteuse américaine puisse maîtriser la langue de Goethe. Or, ses débuts eurent un succès retentissant. Depuis lors, Lillian Nordica est devenue la plus célèbre chanteuse wagnérienne de son époque. Elle interpréta Elsa, Brünnhilde, Isolde, Kundry et Vénus.

Lillian Nordica dans des rôles wagnériens:, à gauche dans Elsa de Lohengrin, au centre dans Isolde et à droite dans le rôle de Brünnhilde

En 1909 elle fit ses adieux au Met dans Tristan et Yseult sous la direction du maestro Toscanini. Elle n’apparaîtra plus dès lors qu’en concert. Elle chantait des ballades, des chansons et des airs d’opéra. Beaucoup de gens venaient voir ses belles robes parisiennes et ses bijoux de renommée mondiale, dont beaucoup étaient offerts par ses admirateurs.

Lillian Nordica et ses colliers de perles

Lillian Nordica avait épousé Frederick Gower à Paris en janvier 1883. Le beau et riche Mr Gower était directeur commercial d’Alexander Graham Bell. Il avait fondé la Gower-Bell Telephone Co. en Angleterre puis en France où il rencontra Lillian. Bien qu’il admirât son talent et sa beauté, il n’était pas à l’aise avec le fait que sa femme se produisit en public. Il a même brûlé sa musique et détruit certaines de ses robes. Il tenta une traversée en solo de la Manche en ballon au cours de laquelle il disparut. Certains dirent qu’il s’était suicidé en raison de ses dettes et aussi du fait d’être rejeté par son épouse. Le second mari de Lillian était un baryton hongrois du nom de Zoltan Döme qu’elle épousa à Chicago en 1896. Un contemporain le décrit comme «beau, audacieux et vaniteux, et qu’ilpensait pouvoir chanter Parsifal». Elle divorça en 1903 en raison de ses infidélités et parce qu’il avait dilapidé une grande partie de son argent. Elle eut un troisième (et dernier) mari. Elle épousa à Londres en 1907, George Washington Young, un riche financier. Celui-là comptait sur les richesses de sa femme pour se renflouer lorsque ses transactions ont commencé à mal tourner. Nordica et Young étaient déjà séparés lorsqu’elle a entrepris sa fatale tournée dans le Pacifique Sud.

Les trois maris de Lillian Nordica: à gauche Frederick Gower, au centre Zoltan Döme et à droite George Washington Young
Lillian Nordica

Sa dernière tournée de concerts l’a en effet emmenée dans le Pacifique Sud. En 1913, la voix et la santé de Nordica étaient en déclin. Cela ne l’a pas empêchée de se lancer à tort dans une tournée acharnée en Australie, qui comprenait le rôle de Brünnhilde à Melbourne et à Sydney, dans les premières représentations complètes du Ring en Australie, avec la Quinlan Opera Company. Elle faillit rater le navire (le Tasman) quittant Sydney à son retour, mais envoya un câble au capitaine lui demandant de l’attendre: ce sera une erreur fatale. En route vers Java, le Tasman frappa un récif de corail dans le fameux détroit de Torres, bien réputé pour sa dangerosité. Le bateau resta bloqué là pendant trois jours au cours desquels la diva semble avoir souffert d’hypothermie. Le Tasman fut secouru par un charbonnier japonais et se rendit sur l’île de Thursday (Ile jeudi) dans le Queensland où Lillian fut hospitalisée pendant un certain temps. Là, elle s’est liée d’amitié avec un petit garçon américain qui était tombé malade alors qu’il était sur un autre navire traversant aussi le détroit de Torres. Après la mort du petit, Nordica installa une pierre tombale dans le cimetière local en sa mémoire. Elle a également fait un nouveau testament qui déshéritait son mari. Le poète et romancier australien Thomas Shapcott a dramatisé ces événements dans son roman Theater of Darkness de 1998. Elle a ensuite été transférée à Batavia dans les Indes néerlandaises (aujourd’hui Djakarta, Indonésie) où elle passa quelques mois… mais la pneumonie l’emporta finalement. Les antibiotiques n’avaient pas encore été découverts. Elle est décédée le 10 mai 1914. Consécration suprême, un bateau de guerre américain portera son nom : l’USS Nordica.

Publicité pour sels de bain amincissants

Lillian Nordica a prêté sa célébrité à divers mouvements. Elle s’indigna lorsqu’elle apprit que les chanteurs masculins étaient mieux payés que les femmes. Ayant appris que l’aigrette neigeuse était en danger, elle a refusé d’utiliser ses plumes pour les garnitures de mode. Cela passant de mode, l’oiseau a survécu. En 1905, elle devient un modèle pour Coca-Cola laissant imprimer son image sur des plateaux, des calendriers, des napperons, des boucles de ceinture, etc. Elle fit aussi de la publicité pour la Columbia Phonograph Co naissante, des sels de bain amincissants (poudre de bain Madame Nordica, 1913), les pianos Steinway, les vélos Fowler. À partir de 1907, elle promit de ne plus porter que des robes de fabrication américaine.

Publicités pour CocaCola
Publicité pour la Columbia Co.

La bourse Nordica est décernée chaque année à une chanteuse qui étudie dans le Maine et aspire à une carrière dans le chant classique. Le gagnant donne un concert à Farmington le Nordica Day, le 17 août au Nordica Auditorium. 

Son lieu de naissance à Farmington, dans le Maine, est aujourd’hui le Nordica Memorial Homestead, un musée et un site historique. L’Auditorium Nordica de Merrill Hall à l’Université du Maine à Farmington porte son nom.

Des fragments du chant de Lillian Nordica au Metropolitan Opera en 1901-03 ont été conservés sur des cylindres de cire par Lionel Mapleson, qui avait emprunté l’équipement à Thomas Edison. La Gramophone Co., plus tard Columbia Phonograph Co., utilisait la technologie des disques au lieu des cylindres de cire d’Edison. À contrecœur, Nordica a accepté de «chanter dans le cor» et d’enregistrer sa voix. Elle fut déçue des résultats, mais de nombreux enregistrements subsistent rendant peu justice à ses qualités vocales compte tenu de la faible qualité des enregistrements de l’époque. Ils ont été faits relativement tard dans sa carrière et sont de piètre qualité technique. Néanmoins, ils indiquent l’étendue considérable de sa voix, car elle était capable de chanter à la fois des pièces maîtresses de colorature (comme Io son Titania de Mignon) et des solos wagnériens dramatiques (tels que Mild und leise de Tristan und Isolde). Nordica peut également être brièvement entendue dans certains des cylindres Mapleson enregistrés lors de représentations réelles au Metropolitan Opera House pendant les premières années du XXème siècle. Le son de ces cylindres est primitif mais la taille impressionnante de la voix de Nordica peut mieux s’apprécier dans la mesure où elle résonne dans une acoustique de théâtre.

Technicienne accomplie, elle pouvait chanter aussi bien les rôles de soprano dramatiques que les rôles ornés. A une journée d’intervalle, elle pouvait interpréter Brünhilde et Violetta (exploit que pourra faire à ses débuts une certaine Maria Callas). De toute évidence, Nordica possédait une voix de soprano extrêmement grande, agile et aux sons purs. Elle a embrassé son répertoire extrêmement varié qui comprenait, parmi de nombreuses autres œuvres, Aida, le Ring de Wagner (comme Brünnhilde ), Tristan und Isolde, Lohengrin, La Traviata, Il trovatore, La Gioconda, Faust, Les Huguenots, Mignon et Le nozze di Figaro. Elle a établi sa réputation mondiale en tant que chanteuse d’opéra de la première ampleur malgré la forte concurrence qui existait à cette époque.

47 thoughts on “Lillian Nordica 1857-1914”

  1. Pingback: safaristrap

  2. Hi there, I found your website via Google at the same time as looking for a similar subject, your web
    site got here up, it seems to be good. I’ve bookmarked it in my
    google bookmarks.
    Hello there, simply was aware of your blog through Google, and located that it’s truly informative.
    I’m gonna watch out for brussels. I will appreciate in case
    you continue this in future. Lots of people can be benefited from your writing.
    Cheers!

  3. My coder is trying to persuade me to move to .net from PHP.
    I have always disliked the idea because of the expenses.
    But he’s tryiong none the less. I’ve been using WordPress on several websites for about a year and am worried about switching to another platform.
    I have heard fantastic things about blogengine.net. Is there
    a way I can transfer all my wordpress posts into it?

    Any help would be greatly appreciated!

  4. I really love your site.. Great colors & theme. Did you make this web site yourself?

    Please reply back as I’m looking to create my own personal blog and want to learn where you got this from or what the
    theme is called. Many thanks!

  5. I have been surfing online more than 2 hours today, yet I never found any interesting article like yours.
    It is pretty worth enough for me. Personally, if all site owners
    and bloggers made good content as you did, the internet will be much more useful than ever before.

  6. Thanks a lot for sharing this with all folks you actually understand what you are talking about!

    Bookmarked. Please additionally consult with my website =).
    We can have a hyperlink change contract between us

  7. We’re a group of volunteers and starting a new scheme in our community.
    Your website offered us with valuable info to work on. You have done a
    formidable job and our entire community will be grateful to you.

Leave a Comment

Your email address will not be published.